(Photo : Nordiq Canada)
|

Ski de fond : Olivia Bouffard-Nesbitt doit se contenter du 41e rang

Par Luc Robert - Initiative de journalisme local

Avec Sportcom

La fondeuse Olivia Bouffard-Nesbitt a pris le 41e échelon de la course féminine à Goms, samedi dernier en Suisse, à l’épreuve de sprint (style libre) présentée lors de la Coupe du monde de ski de fond.

L’athlète de Morin Heights, qui en était seulement à sa troisième sortie de la saison en Coupe du monde, avoue qu’elle aurait aimé en donner plus, alors que les sprints en style libre font partie de ses épreuves de prédilection.

« Je pense que j’aurais clairement pu réussir à percer le top-30 et passer dans les vagues éliminatoires. C’est dommage, il me manque un petit quelque chose. Par contre, je dois dire que c’était quand même une très belle journée. La température était idéale, il faisait soleil et il y avait énormément de spectateurs, même pour les qualifications », a expliqué Bouffard-Nesbitt.

La finale féminine a été l’affaire de la Suédoise Linn Svahn, qui a devancé ses compatriotes Maja Dahlquist (+2,16 secondes) et Jonna Sundling (+2,22 secondes). Chez les hommes, c’est le Norvégien Johannes Hoesflot Klaebo qui s’est imposé pour l’emporter lors d’une finale âprement disputée. Il a eu le meilleur sur le Français Lucas Chanavat (+0,08 seconde), ainsi que sur Haavard Solaas Taugboel (+0,73 seconde), lui aussi de la Norvège.

La route du retour

Bouffard-Nesbitt a participé à deux courses lors de la Coupe du monde d’Oberhof, en Allemagne, disputée du 19 au 21 janvier. Avant cette compétition, la Québécoise n’avait pas pris le départ d’une Coupe du monde depuis décembre 2022, à Davos, en Suisse.

Pendant cette absence du grand circuit, Bouffard-Nesbitt a été en mesure d’atteindre quelques podiums dans le US Super Tour, dans le circuit nord-américain ainsi qu’aux Championnats nationaux. Des résultats intéressants qui lui ont certainement donné confiance.

« Mes courses se sont bien déroulées cet automne, notamment à Anchorage, en Alaska, où j’ai fait un podium au sprint. J’étais satisfaite de ma forme à ce moment-là et ça m’encourageait vraiment vers un retour en Coupe du monde. Je suis demeurée positive et ç’a vraiment aidé. »

L’athlète de 31 ans a toutefois décrit son retour en Coupe du monde comme un « retour à la réalité », remarquant qu’il lui faudra quelques sorties de plus avant de retrouver le niveau de compétitivité qu’elle souhaite atteindre. 

« Il me manque certainement de l’entraînement, je ne suis pas là où je voudrais être. J’ai été blessée à l’épaule l’été dernier et mon entraînement en a souffert. Tu ne peux pas te cacher en Coupe du monde ! C’est bon de voir où je me retrouve parce que je peux savoir sur quoi je dois m’entraîner », a-t-elle poursuivi.

Prochain défi

Bouffard-Nesbitt se dit toutefois excitée pour la fin de la saison, elle qui aura la chance de participer à la Coupe du monde de Canmore, du 9 au 13 février.

« J’ai hâte aux prochaines Coupes du monde, je demeure à Canmore, alors c’est vraiment une compétition à la maison dans deux semaines. Ça va être spécial ! C’est un parcours que je connais super bien. En plus, on s’attend à voir plein de nos jeunes coéquipiers en action, j’ai vraiment hâte », a-t-elle ajouté.

Par ailleurs, à la Coupe du monde de ski de fond d’Oberhof, le 21 janvier dernier en Allemagne, le relais canadien féminin composé de Liliane Gagnon, Olivia Bouffard-Nesbitt, Sonjaa Schmidt et Katherine Weaver s’est classé dixième, à 8 min 36,1 s du quatuor gagnant, celui de Suède 1. Allemagne 1 a fini deuxième et les Finlandaises ont complété le podium.

 

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *