Stéphane Maher et Martin Pigeon se démarquent

Photo de Michel Bureau
Par Michel Bureau

La rencontre publique des chefs à Saint-Jérôme

Près de 200 personnes se sont déplacées pour assister à la rencontre publique des chefs au Méridien 74 ( salle communautaire), un événement qui était organisé de main de maître par la nouvelle corporation de développement communautaire (CDC) Rivière-du-Nord et animé par Mathieu Déziel. Réglé au quart de tour, les chefs de chaque formation ont fait part de leurs préoccupations et engagements sur le plan social.

 

Parmi les indécis, un couple de septuagénaires attendait l’ouverture des portes pour voir et entendre les chefs des différentes formations. Georgette Claude, 76 ans,

disait attendre la fin de la soirée avant de faire son choix. Christian Couture et

Benoit Chevrier, des militants de la première heure pour le mouvement contre le prolongement du projet du Roi Charles, ont aussi assisté à cette rencontre publique. Ils voteront pour Stéphane Maher et

Vision Saint-Jérôme, «parce que c’est le seul parti dans la course qui a pris position dans ce dossier». «Je déménagerai si

Stéphane Maher n’est pas porté au pouvoir», a  lancé M. Chevrier, ingénieur à la retraite. Les attentes semblent très élevées envers le chef de Vision Saint-Jérôme.

André Bujold, candidat indépendant dans le quartier 10, était aussi sur place, en appui au chef des candidats indépendants, Alain Langlois, qui prenait place sur la tribune, à notre grand étonnement, au même titre que les chefs de partis. Plusieurs candidats de Vision Saint-Jérôme sont venus appuyer leur chef.

 

Le chef de L’Union des Citoyens de Saint-Jérôme, Yves Charette,  s’est présenté comme un homme sensible ayant les connaissances et la volonté nécessaire pour occuper le poste de maire. Toute la soirée durant, il n’a cependant pas dérogé de son texte, insistant sur sa formation universitaire qui lui permet de voir le potentiel de sa ville. M. Charette dit avoir été confronté à la misère humaine et être fier d’avoir contribué à la Fondation de la Maison des Jeunes de la Rivière-du-Nord. Il a aussi mentionné qu’il a fait quinze ans d’animation chez les scouts. Il a aussi parlé de rénover les bâtiments historiques et il promet d’assurer un certain leadership au niveau régional.

Martin Pigeon, chef du Parti Ensemble Saint-Jérôme, a démontré une belle assurance et mis de l’avant son expertise comme conseiller municipal depuis 2005. Il a vécu huit budgets. Il a aussi parlé de lutte contre la pauvreté, qui passe par l’éducation, et de son implication pour le panier de Noël chaque année. Il a également parlé de crédits d’impôts pour les nouvelles entreprises qui viendront s’installer à Saint-Jérôme.

 

Alain Langlois, candidat indépendant à la mairie de Saint-Jérôme, est revenu deux fois plutôt qu’une sur le transport en commun, il a parlé de taxi-bus au format réduit, pour ainsi économiser de l’essence.

 

«Une vague blanche déferlera sur Saint-Jérôme» – Stéphane Maher

Le chef de Vision Saint-Jérôme, Stéphane Maher, semblait en pleine possession de ses moyens. D’entrée de jeu, il a parlé de son attachement pour sa ville natale, de sa jeunesse dans un quartier modeste de Saint-Jérôme. Il n’a pas craint d’ouvrir son jeu sur les différents thèmes qui ont été abordés. Il a dit notamment miser sur le produit local, à prix égal, et talent égal. Il a aussi fait remarquer qu’une vague blanche déferlera sur Saint-Jérôme en 2024, et qu’il faut se préparer en conséquence. La capitale des Laurentides comptera 20 000 aînés dans une dizaine d’années. Il a poursuivi dans la même veine sur les enjeux sociaux en parlant d’apporter de l’aide aux familles monoparentales qui comptent pour 19% de la population. Il a aussi été question des personnes à faible revenu, qui sont  plus de 10 000 à Saint-Jérôme.

 

Certains regrettent l’absence d’un débat des chefs sur les prochains enjeux de la campagne électorale, Martin Pigeon ayant déjà écarté cette possibilité.                 

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de