Tomates Savoura

par Françoise Le Guen
Tomates Savoura

Le pionnier du développement durable prend le virage de la diversité

Le plus gros producteur de tomates au Québec Sagami/Savoura/Savoura Bio prend le virage de la diversité et intègre au sein de l’entreprise des personnes vivant avec un handicap, celles provenant des communautés culturelles et les nouveaux arrivants installés au Québec.

Pour Stéphane Roy, président et chef de la direction de Savoura, il est impensable de ne pas considérer les personnes en situation de handicap, qui représentent une ressource inestimable, et dont l’expertise et la rigueur doivent être reconnues à leur juste valeur.

« Nous employons des travailleurs étrangers temporaires parce qu’on n’arrive pas à combler les besoins de main-d’œuvre, c’est le cas pour tous les agriculteurs du Québec.  Et c’est aussi pour cette raison qu’on a mis en place une politique d’intégration des personnes en situation de handicap », explique Marc-André Laurier Thibault, directeur des affaires publiques et gouvernementales.

Une philosophie

Les travailleurs étrangers temporaires, qui viennent principalement du Mexique et du Guatemala, sont loin de leur famille. C’est pourquoi l’entreprise les loge, mais aussi, lorsqu’ils ne travaillent pas, les accommode socialement.

« On fait des activités de soccer par exemple, nous avons un comité d’activités sociales. Et on offre toutes les ressources qui sont nécessaires pour leur bien-être. On fait aussi notre possible pour rendre leur travail attrayant. »

Au niveau de l’intégration des personnes vivant avec un handicap, Savoura travaille en collaboration avec des partenaires, entre autres Intégration-Travail Laurentides. « Nous travaillons aussi avec le Conseil du patronat et les chambres de commerce afin de faire connaitre notre philosophie. 287 000 personnes en situation de handicap au Québec sont aptes à travailler. Nous en employons environ 10%. C’est un dossier qui me tient personnellement à cœur », confie Marc-André Laurier Thibault, lui-même atteint de paralysie cérébrale.

Conscience environnementale

Produire des tomates selon une agriculture durable et responsable était une nécessité pour Savoura. « On parle de plus en plus de personnes qui ont été exposées aux pesticides il y a des années et qui ont développé des maladies. On sait aujourd’hui que l’utilisation de pesticides a des impacts directs sur la santé », souligne M. Laurier Thibault. Que ça soit pour la culture conventionnelle ou biologique, l’entreprise n’utilise aucun pesticide chimique. « Il y a peu de différence chez Savoura/Sagami et c’est ce qui fait qu’on est aussi performant au niveau des saveurs. » Cette décision est une volonté de Stéphane Roy, pour une question de santé. Visionnaire, il a décidé qu’il n’y aurait pas de pesticides ni d’engrais chimiques sur ses sites.

« Il était au moins 10 ans en avance ! » Cette logique environnementale est présente partout dans l’entreprise qui vise réduire d’ici peu leur plastique d’emballage de 90%. « On va vers de l’emballage compostable uniquement. Déjà à l’intérieur des bureaux il n’y a plus de bouteilles d’eau en plastique. Il faut être cohérent ! » conclut M. Laurier Thibault.

Rappelons qu’en 2015 l’entreprise construisait sur le site de Mirabel, un complexe de serres dédié à la culture de tomates biologiques sur une superficie de 6,1 hectares, un investissement de 32 M$. Il s’agit de la première phase de quatre, pour un investissement total de 125 millions d’ici cinq ans.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de