Un Jérômien chez les Huskies de Rouyn Noranda

Photo de Michel Bureau
Par Michel Bureau
Un Jérômien chez les Huskies de Rouyn Noranda

Le Jérômien Justin Guénette entame à 18 ans sa troisième saison dans l’uniforme des Huskies de Rouyn-Noranda dans la ligue Junior Majeur du Québec. Il aurait aimé être repêché par L’Armada Blainville-Boisbriand ou les Voltigeurs de Drummondville, mais il se dit très heureux à Rouyn-Noranda. Il souhaite même y terminer son stage chez les juniors. 

«J’ai gagné en maturité et en confiance en jouant loin de chez-moi. Je ne savais rien faire en cuisine, pas même capable de faire cuire des pâtes. J’ai tout appris à ma pension à Rouyn-Noranda, et les partisans là-bas sont fantastiques», raconte le sympathique défenseur des Huskies de Rouyn-Noranda qui a joué son hockey novice à atome sous la férule de Marc Fortin à Saint-Jérôme, lequel a été pour lui une véritable source d’inspiration. Son père

habite toujours Saint-Jérôme, et il compte plusieurs amis dans la capitale des Laurentides. Il a son nom dans le livre d’or de la ville pour sa participation à un championnat des moins de 16 ans avec Équipe Québec en 2011. Le Québec avait atteint la finale à cette compétition d’envergure réunissant les meilleurs espoirs au monde dans cette catégorie.

Le paternel, Martin Guénette, est aussi très impliqué dans sa communauté. Comptable de profession, il est l’homme des finances du parti Vision Saint-Jérôme, en plus d’être candidat dans le district Lafontaine. La politique n’est cependant pas la tasse de thé de fiston. «On ne parle pas de politique lorsque je suis à la maison», lance le jeune homme.

Justin Guénette qui n’a pas froid aux yeux, se donne corps et âme pour son équipe. Il n’hésiterait pas à laisser tomber les gants pour venir en aide à un coéquipier. Il a son plan B, si la ligue Nationale ne lui fait pas de l’œil. «J’aimerais bien demeurer dans le hockey comme entraîneur, ou encore faire carrière dans la psychologie sportive», souligne celui qui étudie en science humaine.

Malgré la perte de joueurs dominants comme

Andrighetto, Desjardins et Kucherov, et le départ du directeur-général et entraîneur-chef André

Tourigny (un des adjoints de Patrick Roy avec l’Avalanche du Colorado), les Huskies auront tout de même une équipe compétitive selon Justin

Guénette. «Nous avons perdu, c’est vrai, d’excellents joueurs, mais on a encore des joueurs de talent au sein de la formation. Un excellent entraîneur-chef, Gilles Bouchard, qui a fait ses classes au hockey universitaire. Il apprend vite, il ne parlait quasi pas l’anglais lorsqu’il est arrivé  avec l’équipe, et aujourd’hui il est presque parfait bilingue», fait remarquer Justin Guénette qui était sous le coup d’une suspension pour un coup de bâton au visage d’un adversaire, un coup accidentel tenait-il à préciser, lorsque nous l’avons rencontré au Centre d’Excellence Sport Rousseau à Boisbriand.

Il est d’accord avec les pseudos experts pour dire que le Drakkar de Baie-Comeau  et L’Océanic de Rimouski seront les équipes à battre dans la LHJMQ cette année ( Ligue de hockey junior majeur du Québec) prédit l’ex-étudiant de la polyvalente Cap Jeunesse à Saint-Jérôme.

Justin Guénette a bien sûr été lui aussi secoué par le décès du jeune Jordan Boyd au camp d’entraînement du Titan D’Acadie Bathurst qui n’est imputable d’aucune façon à l’équipe. «Le joueur doit faire part de ses états d’âme à son entraîneur, il faut que tu t’occupes de toi, l’entraîneur ne peut pas deviner ce que tu vis à l’intérieur», confie le numéro 7 des Huskies qui compare son style à celui de Scott Niedemeyer. A défaut de l’avoir vu à l’œuvre samedi dernier, les partisans pourront de nouveau le voir dans le feu de l’action  le dimanche 10 novembre à 16h, alors que les Huskies seront les

visiteurs au Centre d’excellence Sport Rousseau à Boisbriand.

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de