Un petit coup de déprime saisonnière?

Par Dominique Cloutier ND. A 
Un petit coup de déprime saisonnière?

Bien que nous connaissions un automne comme jamais, tranquillement, nous glissons vers l’hiver. Les jours raccourcissent, le soleil se fait plus rare et moins chaud, le moral s’en ressent. C’est un passage difficile sauf peut-être pour les enfants qui attendent avec impatience l’Halloween, les déguisements et les bonbons. Pour les aînés, c’est l’heure des souvenirs et du recueillement avec la Toussaint qui approche.

C’est quoi le TAS ?

La dépression saisonnière, appelée désormais TAS (trouble affectif saisonnier), est une des formes des troubles dépressifs. Il s’agit d’un épisode de dépression qui s’installe à l’automne ou au début de l’hiver et qui, souvent, peut durer jusqu’au printemps. Les symptômes sont les mêmes que tout épisode dépressif : une tristesse permanente et une humeur dépressive, une perte d’intérêt pour ce qui nous entoure et une fatigue intense qui résiste au repos.

À ces principaux symptômes s’ajoutent aussi de l’irritabilité et autres changements d’humeur, des problèmes de concentration et d’attention, une perte de libido, des troubles du sommeil, une perte ou un gain de poids. On connaît une tendance à l’hypersomnie (trop dormir) et une certaine augmentation de l’appétit.

Le manque de lumière est considéré comme la cause de la dépression saisonnière bien que les mécanismes exacts soient encore mal compris. Le manque de lumière entraînerait une variation de la production de la mélatonine et de l’activité reliée à la sérotonine.

La mélatonine est une hormone impliquée dans la régulation de l’humeur et des rythmes biologiques. Elle est sécrétée par la glande pinéale la nuit, de la tombée du jour jusqu’au matin lorsque la lumière du jour frappe la rétine de l’œil. La diminution du temps d’ensoleille-ment amène donc une hausse de la production de mélatonine, entraînant des changements au niveau de l’humeur, de l’énergie, du besoin de sommeil et de l’appétit. Bizarrement, c’est un trouble qui touche surtout les femmes, soit environ 75 % des personnes atteintes. Les enfants en dessous de 10 ans en sont rarement victimes ainsi que les hommes.

Que faire pour mieux traverser les mois d’hiver?

Prendre une marche quotidienne à la lumière du jour, de préférence le matin, permet de bénéficier à la fois de la lumière et de l’activité physique qui a aussi un effet antidépresseur. Il est aussi recommandé de continuer à agir comme en été en poursuivant des activités régulières qui tiennent actif et motivé.

Cependant, il existe aussi des alliés naturels comme le Millepertuis, lequel a des vertus prouvées contre le syndrome dépressif.

En Allemagne, depuis 1988, le Millepertuis est officiellement reconnu comme remède antidépresseur prescrit en cas de dépression légère ou modérée (dépression saisonnière, réactionnelle ou dépression n’étant pas liée à une autre maladie). C’est une plante jaune, vivace, qui fleurit au début de l’été. Et n’oublions pas la vitamine D3, si importante à la fois pour la dépression saisonnière et pour le maintien d’un bon système immunitaire.

En conclusion, reconnaitre les symptômes de dépression saisonnière rapidement permet de s’ajuster avant que ceux-ci ne deviennent trop graves.

Partager cet article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments