Baseball : Un programme élite bénéficie une joueuse de Sainte-Anne-des-Lacs

Par Luc Robert (initiative de journalisme local)
Baseball : Un programme élite bénéficie une joueuse de Sainte-Anne-des-Lacs
Maeva Saint-Pierre s’applique dans un tunnel de frappeurs. (Photo : Sophie-Sonia Dufresne)

Athlète au talent indéniable, la joueuse de balle Maeva Saint-Pierre, de Sainte-Anne-des-Lacs, participe depuis septembre dernier à des ateliers de développement, dispensés virtuellement par des spécialistes du baseball majeur.

À seulement 15 ans, celle qui excelle au poste de receveur a été pressentie pour se joindre à l’aventure américaine. Ancienne joueuse des Pirates de Prévost, elle a évolué à l’été 2020 pour deux formations, soit avec les Onyx de Mascouche et les Rebelles des Laurentides.

« C’est assez étonnant ce que l’on peut accomplir en entraînement à la maison, malgré la pandémie. J’en suis à ma 5e semaine d’apprentissage, avec les gens des ligues majeures. Ils nous parlent d’exercices, mais aussi de situations de jeux. J’adore les épisodes qui traitent de nutrition, de soins à la maison, tant men-taux que physiques. Ils essaient de faire entrer dans notre routine de vie quotidienne les habitudes pour progresser au baseball », a souligné Maeva Saint-Pierre.

Des choses anodines permettent aux jeunes de se sentir mieux dans leur peau. « Ils nous donnent des trucs pour le sommeil, comment éviter les mauvais sucres, etc. En nous incitant à appliquer leurs enseignements à tous les jours, les gens de la Ligue majeure de baseball (LMB) croient pouvoir nous aider à être approchées par des clubs universitaires américains, et peut-être même recevoir des bourses pour des études supérieures sportives. »

Accompagnement

Dans le but de faire ouvrir les yeux des dépisteurs de l’Association nationale du sport collégial (NCAA), le programme offre de l’aide aux jeunes femmes, afin d’édifier leur portefolio.

« On filme nos propres sessions. Par exemple, je peux revoir mes positionnements de receveur, avant de les comparer aux autres filles. On note nos objectifs et ce que nous devons faire pour les réaliser. On échange ensuite dans les CHATS spécialisés, avec les autres. Les dirigeants nous aident à préparer nos vidéos de présentations, qui seront éventuellement envoyés aux universités. C’est très motivant. »

Également inscrite au programme d’études sportives de l’Académie des Estacades de Trois-Rivières, Maeva Saint-Pierre a obtenu une dérogation pour parfaire sa balle en Mauricie.

Maeva Saint-Pierre participe au projet de mentorat féminin des LMB. Photo : Sophie-Sonia Dufresne

« L’école et les travaux se font en ligne. On va à Trois-Rivières pour remplir nos examens. Tout ça se complète à merveille. »

Par ailleurs, la prolongation du programme des Ligues majeures aide à ne pas perdre d’années cruciales au développement des adolescentes.

« Nous sommes heureux de prolonger le programme de développement élite sur invitations, à raison d’une session par semaine, plutôt que deux, jusqu’à la fin de 2020 », a lancé Mme Elizabeth Benn, coordonnatrice senior des programmes pour joueurs, au développement et à la diversité des LMB.

Des sessions d’une heure, via Zoom sur internet, sont offertes aux adeptes. De la force au conditionnement physique, des conseils d’entraînements aux champs intérieur et extérieur, jusqu’aux séquences de frappes au bâton, tout a été pensé pour que les jeunes puissent évoluer dans un cadre sanitaire.

« Les sessions en direct sont réservées aux jeunes adeptes, sans période de présentation. Nous demandons aux parents, pour les cours en ligne, de se tenir loin de la caméra et des enfants. Nous visons un environnement sécuritaire en tout temps. »

Partager cet article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments