Une artiste adéloise rend hommage au curé Labelle

Par Eric-Olivier Dallard

En déposant une urne commémorative de sa fabrication sur la tombe du célèbre prêtre-colonisateur

L’artiste adéloise Dominique Beauregard, qui prépare un projet spécial de quatorze toiles relatant les moments importants et les anecdotes méconnues de la vie et de l’oeuvre du célèbre curé, a obtenu la permission de la paroisse de Saint-Jérôme de déposer une urne commémorative de sa fabrication dans la crypte de la chapelle du cimetière de Saint-Jérôme, construite par le curé en 1887 et où repose son corps depuis 1891.

L’urne en verre contient une humble gerbe de blé, un poème de Khalil Gibran, la photo du curé Labelle et une photo d’une toile de l’artiste intitulée «Emparons-nous du sol!» où l’on voit le curé — représenté par un ours dans l’oeuvre de l’artiste — accompagné des «ses colons», représentés par des renards.
«Tout au long de mes recherches dans les archives, effectuées dans le cadre de ma série de toiles portant sur la vie et l’oeuvre du curé Labelle, j’ai été amenée à connaître plus intimement un personnage qui dépasse de loin les habituels clichés qui lui sont accolés», affirme Dominique Beauregard qui possède une importante collection de livres anciens, dont certains exemplaires rares écrits par le célèbre curé. «Le curé Labelle était un visionnaire, un homme d’Église qui s’est néanmoins lié d’amitié avec Arthur Buies, un anticlérical féroce, considéré comme l’un des plus grands esprits libres de son époque, et qui distillait son venin dans son journal La Lanterne, réédité en 1884 alors qu’il travaillait pour le Curé Labelle», rappelle Dominique Beauregard. «C’est un personnage tout en contraste, au caractère bouillant, ouvert et curieux. L’homme d’une seule idée, celle de la colonisation des Laurentides. J’ai tenu à lui rendre hommage, car j’estime que son rôle dans le développement de notre région a tendance à sombrer dans l’oubli, lui qui avait prédit un jour que cette région deviendrait une importante destination touristique», ajoute l’artiste.

Elle compte présenter son projet spécial lors d’une exposition consacrée au prêtre-colonisateur d’ici plus ou moins un an. Elle est actuellement à la recherche de commanditaires et de partenaires qui souhaiteraient se joindre à son projet qui comprendra aussi la publication d’un livre à saveur historique qui placera les toiles dans le contexte historique qui les a inspirées. L’artiste souhaite que cet ouvrage intéresse les écoles de la région des Laurentides qui pourraient éventuellement l’utiliser dans le cadre d’un cours portant sur l’histoire de cette région.

Mme Beauregard tient à remercier Mme St-Pierre et M. Daoust, curé de la paroisse de

Saint-Jérôme, qui lui ont permis de rendre hommage, à sa manière, au curé Labelle à qui elle consacre une grande partie de son oeuvre.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de