Une école alternative à Sainte-Adèle : Et si il y avait une solution gagnante pour tout le monde?

Par Production Accès
Une école alternative à Sainte-Adèle : Et si il y avait une solution gagnante pour tout le monde?

Dyane Bouthillette – Le projet d’une école alternative à Sainte-Adèle est sur le point de voir le jour. Les inquiétudes exprimées par des parents et des membres des conseils d’établissement ont été entendues et considérées.

 

« Des discussions sont actuellement en cours entre la direction de la Ville, la présidente de la Commission scolaire, Mme Lyne Deschamps, et le directeur général, M. Bernard Dufourd, afin d’élaborer une stratégie qui permettra d’accueillir davantage d’élèves dans les écoles primaires de Sainte-Adèle sans devoir les déraciner », affirme un communiqué émis par la Ville de Sainte-Adèle.

Chantal Coulombe, membre du comité fondateur du projet réunissant une douzaine de mamans se veut rassurante. Elle affirme que la Commission scolaire est à l’écoute des préoccupations des gens. « C’est pour ça qu’ils ont fait des consultations publiques. La commission scolaire a proposé des scénarios pour voir si c’était possible de mettre l’école dans des locaux existants et la population s’est prononcée. Il y a des gens qui ont dit “oui”, il y a des gens qui ont dit “non”, et d’autres qui on dit “oui, mais pas là “. » Selon Madame Coulombe une décision sera rendue au cours des prochaines semaines. « On a confiance que la commission scolaire prendra de bonnes décisions pour tout le monde », déclare-t-elle.

Pas seulement des mécontents

Si le projet de l’école alternative est une source d’inquiétude et de controverse pour certains, la population est-elle pour autant unanimement contre ?

Lors d’une consultation publique le 19 juin dernier, le comité fondateur et la Commission scolaire des Laurentides ont constaté l’ampleur de l’intérêt suscité par le projet de l’école alternative. « J’ai fait une préinscription pour voir quelle était la demande. Et il y a environ 450 personnes qui se sont présentées. On a recueilli environ 350 à 400 noms d’enfants. Donc, il y a une demande, c’est sûr! », souligne Chantal Coulombe.

Pour offrir un choix

Les membres du comité fondateur sont heureuses de voir leur idée commencer à prendre forme. Mais pourquoi ce projet leur tient-il tant à cœur ?

Considérant l’éducation très importante, le comité fondateur croit qu’il y a de la place pour la diversité. « Pouvoir choisir ce qui est mieux pour ton enfant, pour ta famille, selon tes valeurs. Les enfants ne sont pas tous pareils. C’est bon les écoles traditionnelles, mais il y a aussi de la place pour autre chose », croit Madame Coulombe.

Un système d’éducation s’inspirant de la Scandinavie

Les objectifs d’une école alternative sont exactement les mêmes que le système d’éducation traditionnelle. La différence s’inscrit dans la méthode pédagogique s’inspirant des pays scandinaves. Contrai-rement à l’école traditionnelle, les jeunes choisissent les projets sur lesquels ils veulent travailler et les professeurs, assistés par les parents, guident les élèves dans leur apprentissage.

« Ce n’est pas mieux, c’est juste différent! », tient à préciser Chantal Coulombe.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de