Une nouvelle convention collective de six ans

Par Journal Accès
Une nouvelle convention collective de six ans

Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson

Au terme de plusieurs rencontres de négociation, la direction de la Ville de Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson et les représentants syndicaux se sont entendu dans le cadre du renouvellement de la convention collective échue depuis la fin de 2011.

 

Une convention de six ans, soit pour 2012 à 2017, a été signée offrant à la partie patronale plusieurs gains de gestion et à la partie syndicale des indexations salariales d’une moyenne de 2,6% par année assorties de bonifications de nature différente.

 

Fort heureux du dénouement de ces négociations, le maire Gilles Boucher, a tenu à féliciter son équipe de direction qui a négocié de main de maître une convention donnant plus de flexibilité dans la gestion au quotidien et qui alloue des indexations salariales raisonnables.

 

«Félicitations à mon équipe de direction. Il nous importait comme conseil que de bonnes conditions salariales soient maintenues afin d’assurer une bonne relève et de retenir la main-d’œuvre qualifiée d’une part, et d’autre part, l’administration est allée chercher la flexibilité pour mieux gérer et s’adapter au marché», a déclaré le maire.

Entériné par le conseil municipal, le nouveau contrat de travail s’applique pour la période du 1er janvier 2012 au 31 décembre 2017.

 

Il prévoit des augmentations salariales de l’ordre de 2,75% pour 2012, de 2% pour 2013 et de 2,5% pour les années 2014 à 2017.

Parmi les gains de gestion les plus importants, mentionnons le nouveau régime de salariés temporaires permettant plus de flexibilité au niveau des horaires principalement pour les employés saisonniers.

 

Du côté des salariés, ceux-ci disposent maintenant d’une augmentation au niveau des montants admissibles pour les dépenses médicales et d’un gain d’une journée fériée durant la période des Fêtes. Le contrat prévoit également l’instauration de la possibilité de retraite progressive, un outil privilégié, autant pour la partie patronale que syndicale, pour s’assurer d’une relève efficace et du transfert de connaissances.

 

«Nous avons eu de bonnes négociations. La convention déjà mature devait être revue pour corriger les irritants et s’adapter aux nouvelles réalités. Nous avons réalisé des gains de gestion importants dans le sens où nous aurons plus de flexibilité au quotidien tout en ne retirant rien aux acquis du personnel syndiqué. Il nous importait d’apporter des correctifs là où nous avions vécu des accrochages en vue de maintenir un bon climat de travail. La signature d’une entente de six ans va apporter une stabilité avec une actualisation de plusieurs clauses pour refléter les besoins actuels et futurs», a commenté la directrice générale, Francine Labelle.

 

Parmi ses salariés réguliers, la Ville de Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson compte 11 cols bleus et sept cols blancs membres de la section locale 2522 du Syndicat canadien de la fonction publique.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de