Une rentrée différente

Éditorial par Joël Currat, Directrice de l'information
Une rentrée différente

redaction@journalacces.ca

 

C’est bientôt la rentrée, si l’on se fie au calendrier scolaire. Mais pour la plupart d’entre nous, les vacances sont terminées. Impression de fin de récréation, back to reality.

La rentrée, c’est aussi un commencement, une nouvelle saison qui débute. Avec l’envie de changements ou de nouveaux projets. Une occasion aussi de revoir nos priorités, nos objectifs. Il y a plusieurs façons de procéder, comme faire des listes – ce que je veux, ce que je veux vraiment, ce que je ne veux plus. On peut aussi concevoir un tableau de rêves, où l’on colle sur un grand carton ou à même le mur des photos et des mots qui nous inspirent. Une solution ludique et créative où l’on peut se servir de vieux magazines pour trouver les images qui représentent nos objets de désir et la nouvelle réalité que nous voulons créer dans notre vie.

Consommer ou expérimenter ?

Afin de procéder un peu différemment, pourquoi ne pas choisir les expériences que nous souhaitons vivre et les émotions que nous désirons ressentir cet automne. Sur le plan de la carrière, par exemple, notre but sera-t-il d’obtenir une promotion et un meilleur salaire, ou d’être plus heureux, davantage apprécié, et d’exprimer davantage nos talents ? Au niveau relationnel, est-ce qu’on cherche à s’unir à un ou une partenaire idéale, ou à ressentir une vraie passion, à partager rires et complicité ? Est-ce qu’on vise à acquérir la maison de nos rêves ou à habiter un lieu où l’on se sentira bien et où l’on vivra en paix, en sécurité et en harmonie avec son entourage ?

Le fait de procéder ainsi, en privilégiant le ressenti à l’objet, permet souvent d’ajuster nos objectifs et de prendre des décisions beaucoup plus en accord avec nous-même. Et parfois, on se surprend à se plaire et à éprouver de grandes satisfactions dans des situations différentes de ce qu’on pensait être bon pour nous.

Une belle vie

La question fondamentale à se poser et celle sur laquelle aligner nos choix et nos décisions est : quelle est ma définition d’une belle vie ? Pardonnez cette note un peu grave mais a-t-on déjà entendu lors d’un éloge funèbre, un ami ou un parent de la personne décédée dire : « Comme elle était performante. Comme elle savait se mettre la pression ». Non, on va plutôt mettre de l’avant ses qualités humaines, ses contributions familiales ou sociales, ses réalisations personnelles.

Avoir une belle vie ne se réalise pas en fonction de critères établis par la société ou en suivant les autres. C’est avant tout en se connaissant soi-même – ses goûts, ses préférences –, en sachant ce qui nous convient et en faisant des choix en conséquence. Pour arriver à définir ce que représente notre belle vie, il s’agit en premier lieu de déterminer les valeurs qui sont importantes pour nous. Ce sont les fondations sur lesquelles on pourra la bâtir. Choisir les valeurs correspond un peu à choisir les semences de ce que l’on veut voir pousser dans notre jardin.

Parmi les plus importantes, il y a : l’amour, la paix, l’harmonie, l’authenticité, le partage, l’accomplissement et le dépassement de soi, l’audace, la curiosité, l’humour, l’altruisme, la beauté et tant d’autres. Évidemment, il y a aussi la domination, la compétition, le contrôle, la destruction…

Même si elles peuvent paraître vagues et abstraites, ce n’est qu’après avoir déterminé quelles sont les valeurs importantes à nos yeux que nous pourrons nous orienter et faire nos choix… pour une belle rentrée.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de