Urbanisme à Piedmont : Projet immobilier en bordure d’une réserve naturelle

Urbanisme à Piedmont : Projet immobilier en bordure d’une réserve naturelle

Véronique Piché – Le Havre des Falaises bordera l’emblématique réserve naturelle Alfred-Kelly. La Municipalité de Piedmont exerce un suivi serré sur l’évolution de ce projet immobilier.

 

La réserve naturelle Alfred-Kelly, vous connaissez ? Pensez à ces immanquables falaises qui s’étirent entre Piedmont et Prévost. Vous y êtes. Là viennent nicher chaque année de nombreux rapaces, dont le faucon pèlerin. Ce dernier est aussi sur la liste des espèces fauniques vulnérables au Québec. Les espaces verts de la région – et de partout – tendent à diminuer comme peau de chagrin. Faune et flore cherchent leurs repères. En ce sens, développer dans une perspective de protection de la nature devient primordial.

Le Havre des Falaises est un projet immobilier de Sylco Construction. Le terrain dont il est question s’étire entre la réserve naturelle Alfred-Kelly et le parc linéaire du P’tit Train du Nord. La municipalité de Piedmont confirme que le projet (voir encadré) ira de l’avant et qu’il respecte en tout point la règlementation actuelle. Certains sont inquiets. D’autres y voient des défis à relever.

« La réserve naturelle, c’est un endroit unique et c’est chez nous », souligne en entrevue la mairesse de Piedmont, Nathalie Rochon. Elle souhaite rassurer les gens sur les ententes en cours dans ce dossier. La municipalité a choisi d’exiger du promoteur qu’il lui cède 10 % de la surface de son futur lotissement, au lieu d’une contribution financière. L’emplacement de ces nouveaux espaces verts sera dicté sous recommandation de Conservation de la Nature Canada (CNC) ainsi que d’autres organismes régionaux. Le respect des corridors fauniques est prioritaire, tout comme celui des milieux nécessaires à l’alimentation des oiseaux de proies.

Piedmont à l’avant-garde

Actuellement, 20 % du territoire de Piedmont est « protégé ». C’est au-delà de la cible pour 2020 du Québec en cette matière (17 %). Et c’est beaucoup en termes d’impacts financiers pour sa municipalité, explique la mairesse Nathalie Rochon, mais c’est aussi un choix de sensibilité. L’accès à la nature attire les gens dans la région.

« Une réserve, c’est un aquarium dans lequel l’humain est toléré », explique Denis Bergeron, secrétaire de l’organisme bénévole Les amis de la réserve Alfred-Kelly. Empêcher l’accès n’est pas leur mandat. Faire respecter les règles de conservation l’est. À plusieurs – municipalité incluse –, ils souhaitent produire un guide à l’attention des « Gardiens de la réserve ». Les futurs résidents du secteur devront comprendre que ces lieux sauvages qu’ils côtoieront ne sont pas un terrain de jeu, mais un espace à protéger collectivement. Ainsi, vélos de montagne et chiens n’y ont pas leur place. La multiplication des sentiers est aussi à proscrire.

Rappelons qu’en 2010, la Corporation pour le développement de la jeunesse ERS a mis ses lots du secteur des falaises en vente au coût de 7 M$. CNC a acheté 80 % du terrain avec l’aide de plusieurs donateurs. L’organisme a eu le choix des secteurs qu’il a jugé les plus sensible du point de vue environnemental. Là naissait la réserve naturelle Alfred-Kelly.

Une séance publique d’information, présentée par Sylco Construction, aura lieu dans les prochains mois. Les citoyens de Piedmont y seront invités.

Le projet immobilier

Terrain acquis au coût de 3 M$.
Superficie de 13 millions de pieds carrés.
80 résidences unifamiliales isolées prévues.
48 duplex jumelés (192 logements) prévus.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de