Vélo à assistance électrique : Le projet pilote sera lancé en 2020

par Ève Ménard
Vélo à assistance électrique : Le projet pilote sera lancé en 2020

Les MRC de Mirabel, Argenteuil, Deux-Montagnes et Thérèse-De-Blainville, collaborent au sujet d’un projet de transport par vélo à assistance électrique dans les Laurentides, au service des familles, des touristes et des travailleurs. Un moyen de faire du sport, à travers un des déplacements efficaces et qui sont favorables à l’environnement.

La MRC de Mirabel est l’investigatrice du tout nouveau projet, m’explique Stéphane Michaud, directeur général du Parc Bois de Belle-Rivière et président fondateur de Tourisme Mirabel. Bien que le projet débute au Sud, Monsieur Michaud affirme qu’ils ont ultimement l’intention de proposer aux autres MRC des Laurentides de suivre la vague. Mais avant de l’expandre à plus grande échelle, il est important de tester le projet et les réalités qu’il implique.

Suivre la vague

« On sait que c’est une vague qui s’en vient, partout au Québec et ailleurs dans le monde, le transport à assistance électrique. Le vélo n’est pas uniquement à l’électricité; on pédale un peu, mais l’assistance électrique est là pour nous aider. Avec la même énergie humaine de dépenser, on va peut-être faire trois fois la distance. C’est comme ça qu’il faut le voir. Moi je dis souvent : on ouvre notre garage, à gauche on a notre voiture, à droite on a le vélo traditionnel et entre les deux, on vient glisser notre vélo à assistance électrique. », explique Stéphane Michaud. Et quel est le public cible d’un tel projet? « On parle des familles qui veulent se déplacer pour faire une sortie, le travailleur qui s’en va au travail, les touristes qui veulent visiter. C’est un système de transport qui garde quand même en forme, mais à travers duquel il n’y a pas de recherche de performance », ajoute-t-il.

À présent, il s’agit de se doter d’un plan de travail précis. Chaque municipalité aura ses particularités. Les investigateurs du projet devront répondre à plusieurs questions : Comment s’y prendre? Où installer les bornes? À quelle distance l’une de l’autre? Combien de vélos disponibles? Quel type de vélo? Concrètement, pour l’année 2020, Monsieur Michaud planifie la proposition d’un plan de travail très défini, détaillant les étapes de l’implantation.

De plus, en 2020, il y aura un premier projet pilote concret afin de tester les vélos. Deux stations seront créées dans la région de Mirabel : une première au Parc régional Bois de Belle-Rivière et une seconde au Parc du Domaine Vert. « Entre les deux parcs, il y a environ 15 à 18 km de distance. On va donc pouvoir y circuler avec les vélos pour voir comment le tout peut s’opérer », précise le fondateur de Tourisme Mirabel.

Un souci de l’environnement

Cette initiative s’inscrit dans un mouvement en faveur de l’environnement et de l’électrification des transports, comme le souligne Monsieur Michaud : « On entend parler de la voiture électrique, des autobus électriques, et les vélos font aussi partie de ce mouvement. On souhaite aussi, à travers le transport intelligent, intégrer au quotidien des attitudes de transport favorisant la préservation de notre environnement. Le vélo est un véhicule extraordinaire, très peu polluant et très mobile. C’est individuel, ça nous permet donc d’aller pas mal où on veut. » 

« C’est une très belle initiative. On veut le faire d’une manière solide pour s’assurer qu’on puisse par la suite, l’amener à plus grande échelle, mais sous la même signature. C’est une première dans les Laurentides et on est bien fière de piloter ça », conclut Stéphane Michaud.

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de