Entre deux rendez-vous de coupe de cheveux, il est venu nous rejoindre sur sa terre tout près de la gare de Prévost. C’est là que l’artisan maraîcher y cultive des légumes depuis plus d’un an.

On arrive au bon moment, alors que les légumes sont prêts à être récoltés. Directement de la terre, Maxime sort trois belles betteraves rouges. On marche entre les rangées et Maxime nous présente fièrement ses cultures. Oignons verts, épinards, ravioles, salades…Tout y est.

Pour Maxime, mettre la main à la terre n’est pas un défi, c’est plutôt une passion. Il souhaite transmettre à sa communauté ce qu’il y a de meilleur pour la santé : des légumes frais et les valeurs d’une agriculture durable.

Tout a commencé avec un jardin sur son terrain de Sainte-Anne-des-Lacs, il y a maintenant 5 ans. La pandémie lui a permis de se concentrer davantage sur son projet de ferme maraîchère, comme il ne pouvait pas exercer son travail durant plusieurs mois. Il a fait du bénévolat à la ferme La Récolte de la Rouge à Brébeuf durant quelques mois. C’est en découvrant cette passion qu’il a décidé de faire un stage à la Ferme des Quatre-Temps.

Cette ferme-école, développée par le maraîcher et auteur, Jean-Martin Fortier, lui a appris comment faire de l’agriculture « à échelle humaine ». « Ça m’a donné toute la base pour pouvoir créer mon projet », explique Maxime.

« J’aime la mode, mais l’agriculture, c’est de nourrir la communauté, les citoyens. Pour moi, ça a plus de sens », croit-il. Lorsque l’opportunité s’est présentée et que cette partie de terre s’est libérée, il a tout de suite saisi l’occasion. « Le sol est incroyable à Prévost. Le taux de matière organique est super intéressant. »