|

L’absorption intestinale

Par Journal Accès

Dominique Cloutier N.D.A.

Ce que nous mangeons est digéré, c’est-à-dire dégradé en éléments simples, puis absorbé avant d’être distribué aux différents tissus. En quoi consiste l’absorption intestinale? Comment ça se passe exactement? C’est ce que je vais essayer de vous expliquer.

L’absorption intestinale désigne le passage des substances que nous ingérons à travers les parois de l’intestin afin d’être diffusées dans l’organisme. L’absorption concerne : les produits de la digestion, les vitamines, les sels minéraux, l’eau.
Ces produits passent du tube digestif vers le sang ou la lymphe :
– Grâce à l’absorption intestinale, les sucres, les acides gras et les acides aminés contenus dans les aliments passent dans les vaisseaux sanguins.
– Les triglycérides passent dans les vaisseaux lymphatiques.
– Les vitamines, les sels minéraux et l’eau peuvent rejoindre les deux types de vaisseaux (lymphatiques et sanguins).
L’essentiel de l’absorption a lieu dans l’intestin grêle, et plus précisément dans le jéjunum et l’iléon. Mais tous les segments du tube digestif sont des sites d’absorption : la bouche, l’œsophage, l’estomac, le duodénum, le jéjunum, l’iléon, le cæcum, le côlon, le rectum.
Quand les aliments arrivent dans l’intestin grêle, une grande étape de l’absorption est franchie. En effet, c’est ici que sont absorbés l’eau et les électrolytes (le potassium et le sodium entre autres). Dans l’intestin grêle proximal, autrement dit le jéjunum, sont absorbés les protéines, les lipides (corps gras) et les glucides ainsi que le calcium, les vitamines solubles dans les corps gras (vitamines liposolubles) et le fer. Dans la partie distale de l’intestin grêle (l’iléon) sont absorbés la vitamine B 12 et les sels biliaires. L’absorption intestinale s’explique par la présence de villosités qui composent la muqueuse de l’intestin. La capacité d’absorption journalière est très importante. Elle se situe aux alentours de 5 à 6 litres d’eau et d’aliments, voire plus selon les individus. L’absorption des nutriments ne s’arrête pas à l’intestin. Le colon absorbe quant à lui ce que l’intestin n’a pas absorbé et qu’il a reçu avant lui. Dans cette grande quantité de liquide (environ 10 litres) se trouvent des aliments mélangés à de la salive, des sécrétions provenant de l’estomac et du pancréas. Plus précisément, le mécanisme d’absorption fait intervenir des vaisseaux sanguins minuscules situés dans la paroi de l’intestin. Après avoir franchi cette paroi intestinale, les nutriments sont transportés dans la circulation sanguine vers le foie qui va procéder alors à la métabolisation (transformation de façon générale). De là, les nutriments gagnent différents organes selon les besoins. Le reste des aliments non absorbés est éliminé.
La digestion consiste à dégrader les aliments en éléments simples (glucides, lipides, protéines, vitamines, oligoéléments, sels minéraux).
Pour passer du tube digestif jusqu’à la circulation, les nutriments peuvent emprunter plusieurs voies en fonction de leurs caractéristiques :
– La diffusion passive simple à travers la membrane des cellules intestinales;
– La diffusion facilitée via un canal ou un transporteur spécifique.
N.B. : l’intestin sécrète le suc intestinal. Celui-ci contient des enzymes qui transforment le chyme (la nourriture provenant de l’estomac, et donc digérée) en chyle (qui ne contient que des nutriments).
– L’absorption est maximale au niveau de l’intestin grêle, grâce à la présence de replis dans la paroi.
– La paroi de l’intestin grêle est formée de replis (villosités) reliés à des vaisseaux sanguins. Grâce à ces replis, les éléments nutritifs traversent les membranes de la cellule intestinale (la paroi de l’intestin) pour rejoindre le sang. Les nutriments (eau, sels minéraux, acides aminés…) sont ainsi absorbés.

Absorption intestinale : et après?

Une fois que les nutriments et autres substances ont été absorbés et qu’ils ont rejoint les vaisseaux sanguins, ils sont transportés vers le foie. Celui-ci gère leur distribution vers les différents organes.
Les substances non digestibles sont évacuées sous forme de fibres et de liquides.
Quand l’absorption se fait difficilement, ou même mal, vous pourriez ressentir un malaise très désagréable, malaise que l’on confond souvent avec l’hypoglycémie et qui s’appelle le syndrome postprandial.
Il s’agit d’un malaise qui survient après les repas (c’est ce que signifient les mots post et prandial) et qui ressemble à une hypoglycémie, c’est-à-dire un manque de sucre dans le sang.
Les symptômes sont nombreux, et chacun ne les ressentira pas de la même manière. On signale généralement des tremblements, éblouissements, difficultés de concentration, double vision, irritabilité et autres troubles de l’humeur, battements de cœur, sueurs, faim, manque d’énergie…
Ces symptômes peuvent varier d’une personne à l’autre. Ce qui aide à reconnaître le syndrome d’hypoglycémie postprandiale, c’est surtout le moment où il se déroule : d’une à quatre heures après le repas.

La malabsorption des aliments

Elle est généralement liée à une alimentation pauvre en fibres, lesquelles sont indispensables à une absorption optimale au niveau des intestins.
Les fibres font partie des éléments essentiels à notre organisme. Leur rôle mécanique permet un parfait fonctionnement de notre « tuyauterie intestinale » et assure ainsi l’évacuation des résidus de la digestion.

En conclusion

L’intestin est le siège de nombreux troubles et il est grand temps de ne plus le considérer comme un « simple tube ».
L’intestin est un univers très complexe et n’a pas encore délivré tous ses mécanismes. De nombreuses théories restent à valider. Cet organe majeur intéresse les chercheurs et gageons que, d’ici quelques années, il n’aura plus de secrets pour nous.
Rappelons qu’une activité physique telle que 20 minutes de marche vive par jour à la limite de la transpiration favorise l’équilibre, la santé et le péristaltisme intestinal.
 

Coup de coeur

Les fibres alimentaires
Les fibres alimentaires sont absolument indispensables à l’équilibre du tube digestif et à celui de l’organisme.
Elles représentent ainsi un facteur de bonne santé.
Les bienfaits des fibres alimentaires sont nombreux.
Régulation du transit intestinal
Les fibres insolubles forment une sorte de ballast qui donne son volume aux selles, tandis que les fibres solubles aident leur parcours dans le côlon et les ramollissent.
Une alimentation pauvre en fibres est à l’origine de pratiquement toutes les constipations.
Les fibres captent les sels biliaires, le cholestérol ainsi que certains éléments toxiques qui pourraient, s’ils séjournaient trop longtemps dans le tube digestif, devenir cancérigènes.
En les éliminant dans les selles, les fibres effectuent une sorte de nettoyage salutaire. Elles protégeraient ainsi du cancer du côlon.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.