Voir plus loin que le bout de son clocher…

Photo de Thomas Gallenne
Par Thomas Gallenne
Voir plus loin que le bout de son clocher…

MRC des Pays-d’en-Haut

«Mon vieux rêve de 2001 semble enfin sur la voie de se concrétiser, lance non sans fierté Charles Garnier, le préfet de la MRC des Pays-d’en-Haut, à propos du projet de centre multisports qui est présentement à l’étude. Tant que les villes voulaient tout avoir sur leur territoire, ça n’avançait pas. Je suis donc très content de la vision régionale et de l’ouverture que déploie le conseil des maires.»

Une vision plus régionale

Un comité de travail constitué de maires de la MRC et de représentants de Mont Saint- Sauveur (MSS) étudient la possibilité de construire un centre sportif et communautaire sur des terrains appartenant à MSS, au pied des pentes de ski du mont Gabriel, aux sorties 64 de l’autoroute 15. Ce complexe accueille- rait notamment une piscine, un aréna et des espaces pour des sports collectifs.

La gestion au YMCA

Ce projet qui est évalué aux alentours de 25M$ n’entrerait toutefois pas en compétition avec les salles de gym déjà existantes, rassure le maire de Saint-Sauveur, Jacques Gariépy, qui ajoute dans la foulée que la gestion d’un tel projet pourrait être remise dans les mains du YMCA. «On se parle souvent avec les représentants du YMCA. Ils ont un camp qui date de plus de 100 ans ici à Saint-Sauveur», rappelle M. Gariépy. Quant à transférer la subvention accordée à sa ville pour construire une piscine vers ce futur projet, la question est à l’étude.

La MRC à Saint-Sauveur?

Si ce transfert d’argent se concrétise, M. Gariépy admet avoir un levier pour demander la venue d’un autre projet d’ampleur qui pointe à l’horizon et qui n’est un secret pour personne: le déménagement des bureaux de la MRC et du Centre local de développement (CLD). «J’ai proposé aux membres du conseil des maires que les bureaux de la MRC soient relocalisés en arrière de l’hôtel de ville de Saint-Sauveur, ce qui a été bien reçu», conte le maire Gariépy. En effet, un large terrain s’y étendant sert actuellement de stationnement en terre battue.

L’occasion fait le larron

Profitant de cette opportunité de déménagement, la Maison des Jeunes (MDJ) de Sainte- Adèle aurait fait une offre d’achat conditionnelle à la MRC pour reprendre les locaux lui appartenant sis au 1014 rue Valiquette à Sainte- Adèle. La directrice générale de la Maison Marie-Andrée Cyr a indiqué que son conseil d’administration se réunissant le 3 septembre, elle n’émettrait aucun commentaire d’ici là. Cependant, ce déménagement permettrait à la MDJ de s’agrandir en offrant plus d’espaces aux jeunes, dans un lieu plus central. Rappelons que la MDJ de Sainte-Adel̀e est située actuellement sur la rue Joli-Bourg, voie d’accès et de sortie du km 69 de l’autoroute 15 Nord. 

 

***

Qui est le père du projet?

Réginald Breton s’est installé à Piedmont en novembre 2013, après avoir vécu à Sainte-Adèle durant 27 ans. À la vue du projet de centre multisports qui semble prendre forme enfin sur le territoire de la MRC, il se sent à la fois heureux et quelque peu lésé.

«J’ai rencontré le préfet Charles Garnier en mars 2009 pour lui présenter un dossier d’une trentaine de pages que j’ai concocté en m’inspi- rant d’un centre culturel et sportif construit à Markham en Ontario. Je savais à l’époque que les terrains au pied du mont Gabriel appartenant à Mont Saint-Sauveur International (MSSI) étaient propices à recevoir ce genre de projet. Le journal Accès a même fait un article sur mon projet  (article d’André Bérard du 6 mars 2009: Un complexe communautaire régional). La semaine suivante, j’ai rencontré le maire Réjean Charbonneau qui est resté de marbre face à ma présentation», se souvient l’octogénaire. Suite à l’article, ce dernier a reçu trois offres de personnes intéressées à participer au projet. «C’était trop peu, et j’ai abandonné, poursuit le retraité qui ne manque pourtant ni d’entrain ni de projets. Cependant, j’aurais apprécié que M. Garnier – envers qui j’ai beaucoup de respect et d’admiration – ait la délicatesse de reconnaître la paternité de ce projet qui me revient en partie. Et je me serais attendu à ce que l’on me propose une place au sein du comité de travail qui se penche sur ce projet.» 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de