Voulons-nous chauffer la cabane en brûlant les meubles?

Par Journal Accès
Voulons-nous chauffer la cabane en brûlant les meubles?

Lettre ouverte

Parti en mission économique en Chine, le maire Robert Milot espère – tel un Ulysse en son auguste époque – qu’il fera lui aussi un très beau voyage… Or, bien que j’espère des retombées fort positives d’un tel périple, de nombreuses questions demeurent sans réponses.

En effet, comment savoir si notre maire n’est pas allé un peu trop vite en affaires pour partir vendre notre ville à l’étranger? Était-il, avec un conseil de ville plutôt bancal et lui si peu expérimenté, fin prêt à pouvoir jouer dans la cour des grands? Et nous?! Sommes-nous vraiment prêts collectivement à accueillir de nouveaux investisseurs, dans une ville sans parc industriel digne de ce nom et sans vision claire de protection durable de la nature? Sommes-nous si fins prêts à bien mesurer les impacts et conséquences de projets d’envergure sur la qualité de vie des citoyens, avec si peu d’outils favorisant la participation citoyenne? Ne devrions-nous pas être davantage consultés, quand on semble privilégier l’aspect économique au détriment d’un mieux-vivre communautaire et environnemental?
Voilà quelques questions parmi tant d’autres qui, à défaut de vraies réponses, m’obligent à croire, pour l’instant, que les principaux bienfaits de ce voyage serviront bien davantage à satisfaire le caractère un brin prétentieux d’un certain club de gens d’affaires, plus soucieux de gloire et de prestige que du bien commun…
-Jean-Pierre Létourneau, Sainte-Adèle

Partager cet article

1
Laisser un commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
ALAIN DAVIAULT Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
ALAIN DAVIAULT
Invité
ALAIN DAVIAULT

Un club de gens d’affaires, qui pour la plus part voyage en compagnie de leur conjointe et reporte à une date ultérieure leur retour à la maison. Mais pouvons-nous croire, que nos élus ont vraiment cette soif de s’inonder d’une autre culture et de faire en sorte de nous la partager comme citoyens !