Main dans la main lance son projet Jouons avec les mots

Main dans la main lance son projet Jouons avec les mots
Sandra Mathieu
Actualité

Le bureau coordonnateur de la garde en milieu familial Main dans la main à Saint-Sauveur lance, ce 12 septembre, son projet Jouons avec les mots qui propose de promouvoir le développement précoce des habiletés en lecture et en littératie chez les jeunes enfants (0-5 ans). Discussion avec la directrice adjointe de l’organisme qui n’est pas peu fière de pouvoir enfin répondre à ce besoin criant en harmonisant les pratiques.

« En fin d’année dernière, le ministre de la Famille, Sébastien Proulx, a annoncé un appel de projets auprès des bureaux coordonnateurs visant à améliorer la qualité de la garde en milieu familial. Notre projet a été accepté pour un montant de 25 000 $ », se réjouit Christine Brodeur.

Les objectifs de ce projet, lequel s’échelonnera jusqu’en avril 2018, consistent à offrir de la formation aux responsables de garde pour développer leurs habiletés, à proposer de la lecture partagée et interactive pour enrichir le vocabulaire des enfants et développer leurs habiletés langagières, à dépister les troubles potentiels de langage, et à développer des moyens pour stimuler les difficultés observées.

Des sacs à livres seront également en circulation pour permettre à tous d’avoir accès à des ouvrages stimulants sous des thématiques variées. Une banque d’ouvrages de référence ainsi que des trousses préparées par des orthophonistes seront également à disposition pour consultation et prêts.

« Toutes ces actions ont pour but d’augmenter les chances de réussite scolaire, peu importe les facteurs de vulnérabilité pouvant affecter ces enfants et leurs familles », précise Mme Brodeur.

Les familles seront bien sûr invitées à participer activement et auront entre autres accès aux trois formations de six heures qui permettront aussi de créer un pont avec l’importance du lien d’attachement et le développement des habiletés de lecture et littératie.

Des besoins criants

Christine Brodeur rappelle que le CIUSSS de Saint-Sauveur n’offre pas de service d’orthophonie. Les enfants référés sont sommairement évalués par une travailleuse sociale, puis le dossier est transféré à une clinique d’orthophonie à Saint-Jérôme. Les délais pour aider les enfants présentant des difficultés langagières sont de trois à six mois.

« Les besoins sont criants, c’est un réel enjeu social et nous manquons cruellement de ressources, souligne Mme Brodeur. À la fin de l’année dernière, 91 enfants du territoire étaient suivis par une orthophoniste, sans compter les jeunes sur la liste d’attente ou encore qui n’étaient pas encore dépistés. Le projet vise donc à outiller tous les acteurs autour de l’enfant : éducatrices et parents pour que tous travaillent dans le même sens en collaboration avec des partenaires tels que le CLSC et le comité 0-5 ans. »

Espérons que ce projet deviendra un modèle pour d’autres régions du Québec.

Le saviez-vous?

Le bureau coordonnateur Main dans la main dessert les municipalités de Saint-Sauveur, Piedmont, Sainte-Anne-des-Lacs, Sainte-Adèle, Saint-Adolphe-d’Howard, Sainte-Marguerite, Morin-Heights et Wentworth-Nord.

Au total, ce sont 58 responsables de garde en milieu familial accréditées qui reçoivent entre six et neuf enfants chacune ainsi que leurs parents.

Cliquez pour ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[+] Plus dans Actualité

X