5 clés pour courir mieux

5 clés pour courir mieux
Journal Accès
Chroniques

Chronique du Marathon du P’tit Train du Nord

Jean-François Harvey, collaboration spéciale

Tout comme pour la pratique du cyclisme, du tennis ou de la natation, votre façon de courir peut se développer et s’améliorer. Avec comme résultat possible une course plus agréable, fluide, efficace et pourquoi pas plus de plaisir! Voici 5 clés simples qui permettront d’améliorer votre technique de course.

 

1- La posture en premier

Les mouvements de vos jambes et bras sont dépendants de votre posture. Avec le mode de vie actuel de bien des gens, qui passent la majorité de leur temps en position assise voûtée, la posture est souvent un élément à améliorer pour la course. Pour y arriver, il suffit d’imaginer une ficelle attachée au sommet de votre crâne qui tire doucement votre tête vers le ciel en allongeant votre colonne vertébrale. Nul besoin de forcer pour se tenir droit. Il suffit d’activer doucement les petits muscles profonds du dos. Si vous maîtrisez bien cette élongation, vous pouvez ensuite vous laisser très légèrement projeter vers l’avant, de façon à favoriser un mouvement naturel de course.

2- Le fameux appui du pied

Bien des choses ont été dites et écrites sur ce sujet depuis le début des années 2010. L’appui talon a été un temps démonisé et plusieurs coureurs ont expérimenté avec plus ou moins de succès (et parfois des échecs retentissants) l’appui sur l’avant-pied. Il est maintenant clair qu’il n’y a pas une seule façon d’appuyer le pied qui convienne à tout le monde. Plus vous allez vite, plus l’appui a tendance à aller vers l’avant tandis qu’à une vitesse lente, l’appui a tendance à plus naturellement être sur le talon. Afin de trouver votre façon personnelle, tâchez d’évitez les extrêmes. L’appui sur la pointe du talon avec les orteils fortement relevés et la jambe bien droite est à éviter. L’appui sur l’avant du pied avec le pied pointé vers le sol et le talon fortement relevé n’est pas mieux. Pensez à faire un appui silencieux et fluide, sans taper fort le sol. Avec une cadence (nombre de pas par minute) assez dynamique, vos pieds devraient se placer de manière assez convenable. L’idée est de ne pas s’affaisser trop longtemps au sol à chaque pas et de rebondir efficacement. Gardez en tête qu’au moins 90% des coureurs réalisent un appui talon et qu’il ne sert à rien habituellement de faire des gros changements.

3- Restez détendu là où vous le pouvez

Serrer la mâchoire et les poings en gardant les épaules près des oreilles ne permet pas de courir plus vite. Cherchez à garder le visage, la mâchoire et les épaules relaxes en courant. Vous n’aurez plus l’air de constamment souffrir en plus d’être plus confortable.

4- Gardez le genou fléchi

Contrairement à la marche, où la jambe avant est bien droite en appuyant le pied, la jambe demeure toujours fléchie (au niveau du genou) à la course. Pour y arriver, évitez de faire des trop grandes foulées en vous assurant de ne pas avoir une cadence trop lente. Vous pouvez aussi visualiser votre pied atterrir au sol sous votre genou (et non devant) en courant.

5- Pratiquez

Courez en pensant parfois à votre technique et avec le temps, vous constaterez que certains changements seront intégrés. Si vous êtes débutant dans la course, il est plus facile d’inculquer des bonnes façons de bouger. Si vous courez depuis plusieurs années, modifier votre technique sera plus long et peut même être questionnable si vous n’avez aucun problème.

Pour terminer, la course devrait être relativement naturelle et agréable. L’idée n’est pas de courir comme un robot en pensant continuellement à votre corps.

Profitez du magnifique sentier  qui déroule devant vous et gardez la technique pour des moments précis.

Jean-François Harvey est ostéopathe, kinésiologue et auteur de Courir mieux

 

Rachelle-Béry Saint-Sauveur, fière commanditaire du Marathon du P’tit Train du Nord.

Suivez le programme de remise en forme « Marche et course » proposé par le Marathon du P’tit Train du Nord.

10 semaines – du 22 avril au 30 juin

Cliquez pour ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[+] Plus dans Chroniques

  • Être grosse en été!

    La chronique à Mimi par Mimi legault mimilego@cgocable.ca   Je m’attendais à une pluie de protestations de...

  • La bienveillante

    Entretien avec Sonia Piché – Théâtre du Marais Chronique affaires et économie Jean-claude Tremblay, MBA  jctremblay@cogitas.ca...

  • À la rencontre d’un semeur de bonheur

    Chronique Dans le coeur du monde par Diane Baignée diane.baignee@gmail.com Le Jardin de François Pas facile de...

  • La résilience : un ressort inestimable

    Suzanne St-Michel, collaboration spéciale Depuis quelques décennies déjà, les gens me soulignent à quel point je suis...

X