(Photo : Nordy - Sébastien Fleurant)
|

Accès à l’eau à Sainte-Anne-des-Lacs : Le conseil divisé

Par Marie-Catherine Goudreau

La Politique d’accès à l’eau de Sainte-Anne-des-Lacs continue de diviser le conseil municipal. Une soirée d’information aura lieu le 9 novembre prochain. Un panel d’experts sera présent pour répondre aux questions et aux préoccupations des citoyens. 

Les deux consultations publiques qui devaient avoir lieu les 26 et 29 octobre ont été remplacées par le panel d’experts. La Municipalité est à l’étape de la consultation et a identifié cinq sites qui sont à l’étude dans sa politique d’accès à l’eau. Il s’agit des lacs Loiselle, Guindon, Cupidon, Marois et Caron. Ces lacs ont été choisis puisque la Municipalité est propriétaire, ou en voie de l’être, d’un terrain aux abords de ces lacs. 

Opposition

Deux conseillers, Virginie Lupan et Sylvain Harvey, ont voté pour adopter une résolution proposant le retrait du projet de politique d’accès à l’eau, tel que présenté au mois d’août et de suspendre les consultations. Les trois autres conseillers présents ont voté contre. 

« Les études convergent et soulignent l’absence de considération adéquate des risques environnementaux et de la préservation de la qualité de vie des citoyens. Elles soulignent aussi l’absence de considération concernant les droits des propriétés des riverains. Enfin, silence sur l’impact sur les finances publiques », a souligné Mme Lupan. La conseillère rapporte aussi que la Politique a soulevé une « mobilisation sans précédent » dans la Municipalité. Elle affirme aussi qu’elle va à l’encontre de la Politique environnementale. 

« Processus embryonnaire » 

En réaction, Caroline Desrosiers, conseillère municipale, s’est opposée à la résolution. « D’abord, il faut se rappeler que c’est un processus très embryonnaire. On est à l’étape des consultations. On ne peut pas prévoir des coûts sur quelque chose qu’on ne sait pas encore qu’on va faire », a-t-elle rapporté. Elle rappelle qu’un tiers des résidents de Sainte-Anne-des-Lacs n’ont pas d’accès à l’eau. 

« Il faut se rappeler que c’est un processus très embryonnaire. » – Caroline Desrosiers

« Je pense que c’est une discussion qu’on doit avoir avec tous les citoyens de Sainte-Anne-des-Lacs, qu’ils soient riverains ou non. […] On souhaite permettre à des gens qui n’ont pas accès de trouver le plaisir de se « saucer », surtout avec les changements climatiques. On ne parle pas d’embarcations », a ajouté Helen Morrison, conseillère. 

Thomas Mulcair, ancien ministre provincial de l’Environnement et qui a aussi participé à l’élaboration de la Politique environnementale de Sainte-Anne-des-Lacs, a pris la parole lors de la période de questions. Il s’est dit en faveur de la politique d’accès à l’eau. 

« Il n’y absolument rien dans la politique adoptée par l’ancien conseil de ville qui est en contradiction avec l’idée de proposer un accès à l’eau pour tous les gens. C’est essentiel. Mon grand-père était le maire fondateur de Sainte-Anne-des-Lacs, et il serait très fier de voir que la vision qui était depuis le début, de protéger l’environnement, continue avec l’actuel Hôtel de Ville », a-t-il souligné. 

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.