(Photo : Edphy International)
Le camp de vacances Edphy offre plusieurs activités plein air.
|

Camps de vacances : Quel avenir pour l’été 2021?

Par Marie-Catherine Goudreau

L’été dernier, les camps de vacances n’ont pas pu accueillir des enfants et les conséquences se sont fait ressentir autant chez les jeunes qu’à la direction. L’Association des camps du Québec donne au gouvernement jusqu’au 1er avril pour leur faire savoir s’ils pourront rouvrir en 2021.

« On part avec pas mal plus d’avance que l’année dernière, alors qu’on avait été placés en dessous de la pile puisqu’il y avait des dossiers plus importants à s’occuper. Aujourd’hui, le canal de communications est établi avec le gouvernement. Le vent souffle de notre côté, je crois », a confié Nicolas de Lorimier, directeur du camp Bruchési à Saint-Hippolyte.

Les conséquences ont été graves pour eux, alors qu’ils ont perdu 80% de leur chiffre d’affaires. De plus, plusieurs activités n’ont pas pu avoir lieu cet hiver, comme les sorties de groupe, les séjours, le camp pour la semaine de relâche, etc. « Il faut continuer d’assurer les coûts fixes, mais on demeure sans aucune rentrée d’argent. Il va falloir qu’il y ait une forme d’aide pour la relance, surtout s’il faut s’équiper et changer l’aménagement pour respecter les mesures sanitaires. »

Réorganisation

Afin de prévoir tous ces changements, les camps demandent au gouvernement de donner une réponse au début du prochain mois. « Il faut donner des contrats, se préparer à l’embauche, commencer les inscriptions. Le 1er avril, c’est déjà tard ! », explique François Rioux, président d’Ephy International. Habituellement, la période d’inscriptions commence dès le mois de décembre pour leur camp de vacances situé à Val-Morin. Ils ont toutefois décidé d’ouvrir les inscriptions sans dépôt cette semaine pour donner la chance de réserver les places.

Il n’y a pas encore de directives claires pour ce qui est du fonctionnement et du déroulement si les camps de vacances rouvraient. On pense surtout à limiter l’introduction du virus sur le site en demandant, par exemple, un test négatif à l’arrivée. « Les camps de vacances demeurent un milieu fermé et déjà confiné. Le personnel réside sur place et les jeunes passent au moins une semaine au camp », assure M. de Lorimier. Raison de plus pour ouvrir, le camp Bruchési a été conçu dans le but original de combattre la tuberculose. Il possède des installations propices à limiter les risques de propagation.

Pour sa part, M. Rioux a bon espoir que les mesures vont s’atténuer. « La priorité de l’association est d’abord de lever le décret pour ouvrir. […] On ne va pas ouvrir dans un contexte semblable qu’il y a deux ans, mais on pourra quand même réaliser notre mission. »

Pour les enfants

Avant tout, le milieu souhaite ouvrir pour les enfants. Plus de 90 spécialistes de la santé se sont prononcés en faveur de l’ouverture des camps de vacances à l’été 2021. « Les camps sont une expérience essentielle au développement de l’enfant. Ils ont été soumis à tellement de temps d’écran durant la dernière année, ils ont besoin d’avoir un contact direct avec la nature pour recharger leurs batteries », affirme le directeur du camp Bruchési. « Les camps ont un grand impact sur les enfants, autant sur leur autonomie que sur leur estime personnelle », ajoute M. Rioux.

Le camp Edphy à Val-Morin reçoit plus de 10 000 enfants sur 8 semaines. Il existe depuis 1965. Au camp Bruchési, c’est une centaine de jeunes qui viennent y passer une semaine, jusqu’à un mois et même tout l’été. Leur camp de jour reçoit plus de 200 enfants.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.