Croissants taxés au Provigo Le Marché Saint-Sauveur

Croissants taxés au Provigo Le Marché Saint-Sauveur
Valérie Maynard
Actualité

Cas isolé ou erreur récurrente?

Fidèle client du Provigo Le Marché Saint-Sauveur, Jean-Claude Lavandier y achète hebdomadairement sa douzaine de croissants. Récemment, en regardant de plus près sa facture, il a été étonné de constater qu’on avait facturé la taxe sur son achat. Au Québec, la taxe ne s’applique pas à l’achat de six produits ou plus de boulangerie. « Depuis près de deux ans que j’achète mes croissants en vrac. Est-ce que ça veut dire que je me fais avoir depuis tout ce temps? », soulève-t-il.
Si c’est le cas, il évalue sa perte à près de 200$.

Or, pour le prouver, il faudrait que M. Lavandier puisse fournir ses factures d’épicerie des deux dernières années, factures qu’il n’a plus. « Quiconque veut réclamer des montants perçus en trop doit nécessairement fournir ses factures comme preuves », soutient Charles Tanguay, de l’Office de la protection du consommateur. Sans ces preuves, rien n’indique que des montants ont été perçus en trop, ou que des taxes ont été facturées de façon erronée.

Avisée de la situation, la direction du Provigo a proposé à M. Lavandier de lui remettre une carte-cadeau d’une valeur de 50 $ afin de compenser la perte encourue, le cas échéant, ce qu’il a refusé net.

« Ça dépasse la mesure. Je veux être dédommagé pour la perte subie et je veux que le système soit entièrement revu afin que cette situation ne se reproduise plus », a rétorqué M. Lavandier.

Un cas isolé

Porte-parole des marchés Provigo, Johanne Héroux a convenu que la facture présentée par M. Lavandier témoignait bel et bien d’une erreur humaine (l’ajout de la taxe se fait manuellement par la caissière au moment de l’achat, précise-t-elle), et que dans ce cas précis, les taxes n’auraient pas dû être appliquées à l’achat.

Elle insiste cependant pour dire que, faute de preuve et n’ayant jamais reçu d’autres plaintes à cet égard, il s’agit vraisemblablement d’une seule occasion. « À notre connaissance, il s’agit d’un cas isolé. Nous reconnaissons notre erreur et nous maintenons notre offre de carte-cadeau de 50 $ au client », a-t-elle indiqué.

Mme Héroux a également précisé qu’un rappel avait été fait à toutes les caissières de ne pas appliquer les taxes sur les produits de boulangerie lorsqu’il s’agit d’un achat de six articles et plus.

À ce jour, M. Lavandier et la direction du Provigo Le Marché Saint-Sauveur n’ont pas réussi à s’entendre.

Cliquez pour ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[+] Plus dans Actualité

  • La demois’aile dévoile ses blogueuses

    École A.-N.-Morin Les 20 blogueuses sélectionnées pour le projet La deMOIs’aile à l’école A.-N.-Morin de Sainte-Adèle étaient...

  • Seconde vie

    Entretien avec Dominique Forget – Recyclerie des Matériaux Chronique affaires et économie «Un lieu sympa où acheter...

  • fin de vie : Le Grand Passage

    Et si la mort n’était pas une fin mais une continuation de la vie sous une autre...

  • Val-David : Grande marche pour le climat

    Au moment même où une grande marche aura lieu à Montréal, le samedi 10 novembre, une marche...

X