École Marie-Rose : trop de commandes de modules en même temps!

La Commission scolaire des Laurentides (CSL) a pris du retard dans l’installation des classes modulaires à l’école primaire Marie-Rose, à Saint-Sauveur, ce qui sème l’émoi chez les parents. PHOTO: Courtoisie
École Marie-Rose : trop de commandes de modules en même temps!
Actualité

Chantier dans la cour de l’école Marie-rose

Françoise Le Guen – La CSL est victime de l’afflux de commandes de modules cette année au Québec. Bilan, les travaux ne sont pas terminés pour la rentrée scolaire à l’école primaire Marie-Rose, à Saint-Sauveur, semant inquiétudes et frustrations chez les parents.

Certains parents ont notamment constaté que des camions entraient et sortaient alors que les élèves étaient dans la cour.

Admettant effectivement que certains éléments ne sont pas prêts, Bernard Dufourd, directeur général de la CSL, affirme que la situation ne durera pas longtemps. « C’est pour une très courte période, quelques jours, ça devrait se régler rapidement. On n’est pas dans la position où les modules seront prêts en octobre ou en novembre. »

Par ailleurs, selon ce dernier, ni la CSL ni la direction de l’établissement n’ont reçu de plaintes de parents. « Ni aucune indication que les mesures qu’on a mises en place, même si ce n’est pas l’idéal, mettent en danger les enfants. Il y a des choses sur lesquelles on n’avait pas le contrôle, mais nous l’avons sur la sécurité; c’est notre priorité. »

Retard chez les fournisseurs

Ces travaux prévus par la CSL ont été amorcés cet été. Le retard, nous dit Bernard Dufourd, est dû au grand nombre de demandes de modules à la même période. « Au Québec, beaucoup de commissions scolaires ont installé des classes modulaires et les commandes sont toutes entrées en même temps, ce qui crée un certain retard, car les fournisseurs ont été pris de court. Nous devions aussi connaître les besoins réels de la clientèle, ce qui a été possible vers le mois d’avril. Nos décisions ont été prises dans le courant du printemps pour que les travaux puissent se faire durant la période estivale. »

En attendant, la CSL collabore étroitement avec la Municipalité de Saint-Sauveur pour trouver des solutions. « Nous pensons pouvoir assurer une transition pour quelques jours dans des locaux prêtés par la Municipalité. » Notez que sept modules sont installés en tout. À Marie-Rose, les modules sont disposés sur deux étages. La situation est différente à La Vallée, où les modules sont installés à l’arrière de l’école.

Bernard Dufourd invite les parents à communiquer avec la CSL ou la direction d’établissement pour toutes questions ou plaintes.

Cliquez pour ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[+] Plus dans Actualité

  • La demois’aile dévoile ses blogueuses

    École A.-N.-Morin Les 20 blogueuses sélectionnées pour le projet La deMOIs’aile à l’école A.-N.-Morin de Sainte-Adèle étaient...

  • Seconde vie

    Entretien avec Dominique Forget – Recyclerie des Matériaux Chronique affaires et économie «Un lieu sympa où acheter...

  • fin de vie : Le Grand Passage

    Et si la mort n’était pas une fin mais une continuation de la vie sous une autre...

  • Val-David : Grande marche pour le climat

    Au moment même où une grande marche aura lieu à Montréal, le samedi 10 novembre, une marche...

X