(Photo : Courtoisie)
|

Des problèmes d’inondations depuis l’arrêt des travaux

Par Marie-Catherine Goudreau

Depuis l’arrêt des travaux du projet immobilier Le Nordais, à Piedmont, six résidents de la rue des Conifères, près de la phase 3 du développement, ont subi des inondations dans leur garage. Depuis le mois de juin, l’eau s’est accumulée trois fois dans leur bâtiment. 

« Les installations ne sont pas complétées, alors on reçoit l’eau de la montagne. […] Les égouts sont 4 pouces plus hauts que le niveau de la rue », rapporte un des résidents du Boisé Le Nordais, qui préfère garder l’anonymat. Toutefois, comme il s’agit d’une rue privée, la situation est plus compliquée et la Municipalité ne peut pas intervenir. 

« C’est un terrain privé qui envoie son eau sur un autre terrain privé », a expliqué le maire, Martin Nadon. « Ils doivent régler ça entre voisins privés. On est très désolés de cette situation, mais il faut que Le Nordais corrige cela au plus vite pour éviter d’autres dommages », affirme le maire. 

Le Service des travaux publics s’est par ailleurs rendu sur les lieux lorsque la situation était urgente pour aider les résidents. « On leur a donné le contact du promoteur. Mais la Ville ne peut pas intervenir sur un terrain privé, sans s’exposer à être poursuivi. » 

Rencontre entre les résidents et la Municipalité

Une rencontre entre le maire et les citoyens a eu lieu le 17 août dernier pour trouver des solutions au problème. Les résidents souhaitent qu’on baisse les têtes d’égouts ou qu’on redirige l’eau d’une manière différente. 

« On a eu une bonne rencontre avec M. Nadon et la directrice générale. […] On nous a dit que les avocats [de la Ville et du promoteur] se rencontreraient à compter de la semaine prochaine », a souligné le résident, au lendemain de la rencontre. 

« La Ville nous dit qu’ils vont continuer à parler au promoteur pour régler le problème que ça nous occasionne. C’est une priorité pour eux. On aurait aimé qu’ils puissent s’impliquer », a-t-il ajouté. 

M. Nadon soutient que les citoyens ont des recours face au promoteur. « Un voisin n’a pas le droit d’envoyer son eau chez vous comme ça. On leur a dit qu’ils ont des recours qu’ils pourraient exercer. » Les citoyens souhaitent toutefois régler la situation à l’amiable, sans faire appel à des avocats. 

Arrêt des travaux

Le Journal a obtenu un rapport produit le 4 juillet dernier à la suite de l’administration provisoire de la Municipalité de Piedmont, par la Commission municipale du Québec (CMQ). Dans celui-ci, on recommande « d’examiner rapidement certains dossiers d’urbanisme qui nécessitent une décision rapide ». 

Courtoisie Depuis le mois de juin, l’eau s’est accumulée trois fois dans le garage d’un résident de la rue des Conifères à Piedmont.

Depuis le mois de juin, l’eau s’est accumulée trois fois dans le garage d’un résident de la rue des Conifères à Piedmont.

Parmi ces dossiers, la CMQ recommande notamment de se pencher sur la phase 3 du projet Boisé Le Nordais. 

« La Municipalité a émis des permis de construction pour un projet intégré; toutefois, ce projet est dérogatoire au règlement de zonage tant au niveau du type de construction autorisé que de la densité », peut-on lire dans le rapport. 

Cependant, même si les travaux ont été arrêtés, le promoteur aurait le droit de travailler sur les infrastructures, comme la rue, soutient le maire. « Ça ne leur donne pas le droit d’inonder le voisin », rapporte-il. 

Aucun développement

Le président d’un des syndicats de la copropriété a essayé de contacter le promoteur. « Ça fait plusieurs fois qu’on nous dit : « On s’occupe de ça, » qu’ils vont refaire la rue après la construction », déplore le résident. 

Pourtant, le problème n’est pas encore réglé et les résidents craignent les nuages noirs qui pourraient laisser tomber une forte pluie. « On dort assez mal quand il annonce des orages. 

« On aimerait au moins s’asseoir ensemble, le sensibiliser à nos problèmes », rapporte le citoyen de Piedmont. Une rencontre était par ailleurs prévue entre le promoteur et la Ville le 23 août dernier. « On va attendre des nouvelles de la Ville », soutient le résident. 

Pas de permis, pas de travaux

Louis Douville, de J.B.D. Construction, est responsable de la construction de l’immeuble de la phase 3 du projet. Pour lui, tant que le permis ne sera pas accordé à l’entreprise, les travailleurs n’iront pas sur le terrain. 

« Je n’ai pas le mandat de la rue, seulement celui de la construction des bâtisses. Le terrain ne m’appartient pas », a-t-il affirmé lorsque le Journal l’a contacté. 

« La Ville nous a dit que ça allait être réglé d’ici le 10 septembre. Mais tant qu’on n’a pas de permis, on ne va pas continuer », a-t-il poursuivi. 

Le terrain appartient en fait à une compagnie à numéros, pour laquelle M. Douville est administrateur, selon le Registraire des entreprises du Québec. À ce propos, il soutient qu’il est actionnaire minoritaire. M. Douville n’a toutefois pas émis plus de commentaires. 

Il n’a pas été possible de rejoindre les autres actionnaires de la compagnie avant d’aller sous presse mardi matin.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.