|

La MRC envisage de déménager ses bureaux

Par Luc Robert - Initiative de journalisme local

Le dossier de la hausse du taux de taxation du Centre sportif des Pays-d’en-Haut et du bureau de la MRC semble scellé. Tant les dirigeants de la MRC que ceux de la Ville de Sainte-Adèle sont campés pour de bon sur leurs positions respectives.

Après de nouvelles tractations, les élus de Sainte-Adèle ont décidé de maintenir leur budget 2022 et la hausse à 1 $ du 100 $ d’évaluation des immeubles de la MRC sur le territoire de Sainte-Adèle.

« Il y avait une ouverture de notre part. Le conseiller Richard Allard et moi-même sommes allés écouter le préfet André Genest et le préfet suppléant Tim Watchorn. On nous a informés de l’historique et des démarches du Centre sportif des Pays-d’en-Haut. Je suis ensuite retournée devant notre conseil municipal adélois et nous avons décidé que notre position demeure inchangée : le budget 2022 est adopté et la hausse du taux de taxation ne bouge pas. On ne publiera pas d’avis public et on ne reviendra pas en arrière pour retourner à une tarification plus basse », a expliqué la mairesse Michèle Lalonde.

Les suggestions de déménagement du Bureau d’information touristique et des bureaux de la MRC, situés à Sainte-Adèle, ne semblent pas avoir ébranlé la nouvelle mairesse.

« Si M. Genest et la MRC en viennent à déménager leurs pénates, ça ne sera pas un désastre pour Sainte-Adèle. Une fois les bureaux vendus, nous pourrons taxer ces immeubles au tarif commercial réel, soit à près de 1,85 $ du 100 $ d’évaluation. La MRC aime que ses bureaux soient visibles, près d’un centre-ville, et c’est elle qui n’en sortira pas gagnante. M. Genest a manqué de leadership dès novembre, dans ce dossier. Tant au débat à la mairie de Sainte-Adèle, qu’à une autre occasion où je l’ai croisé à l’extérieur, j’ai dit à M. Genest que j’augmenterais le taux de taxation de la MRC pour le Centre sportif », a-t-elle insisté.

Saint-Sauveur ou Piedmont

Pour sa part, le préfet rejette cette interprétation de la situation.

« Le maintien du taux à 60 sous du 100 $, on n’a pas sorti ça d’une boîte de Cracker-Jacks ! En principe, selon la loi provinciale, on ne devrait pas taxer les immeubles d’une MRC. Notre budget 2022 a été adopté en novembre. Avec l’adoption de celui de Sainte-Adèle en janvier, cela affectera ensuite la MRC, dès la nouvelle évaluation foncière du Centre sportif. On ne veut pas d’extras à débourser pour cet immeuble, alors qu’elle voit ça comme le Klondike. »

Selon des sources internes, le conseil des maires de la MRC appuie majoritairement la ligne dure utilisée par le préfet en réponse à la Ville de Sainte-Adèle.

« On a une décision à prendre rapidement, mais qui entraînerait seulement un déménagement à moyen terme. Il est possible que nous nous départissions de l’immeuble de la MRC et du Bureau d’information touristique à Saint-Adèle. Ça nous donnerait le million de dollars en liquidité nécessaire pour regarder ailleurs, soit pour l’achat d’une bâtisse existante ou d’un terrain à développer. Je ne vous cacherai pas qu’à Saint-Sauveur, il n’y a toutefois rien de donné sur le marché… [Rires] »

Des sites ont déjà été identifiés pour relocaliser éventuellement les bureaux régionaux.

« À Piedmont, nous entreposons des bacs de matières résiduelles au 450, boulevard des Laurentides; ailleurs, le Groupe Laurence (733, chemin Jean-Adam) termine un bail à côté du Saint-Hubert. Pourrait-on centraliser notre lieu d’entreposage de garage, du bureau de la MRC et du tourisme à seul endroit, et faire un trois dans un ? Il y aussi des terrains privés qui nous sont offerts, dont à Saint-Sauveur. Il serait préférable d’aller vers du neuf, comme à Mont-Blanc, où ils possèdent une salle du conseil de la MRC flambant neuve. Il faut réfléchir à tout ça. Mais on a besoin de plus d’espace aussi. »

À Saint-Sauveur, le maire Jacques Gariépy n’a pas caché son intérêt à accueillir la MRC.

« Ça fait plusieurs années qu’il est question de possiblement déménager les bureaux
de la MRC ici. Ceux existants à Sainte-Adèle sont vétustes. On a des bonnes options à faire valoir à Saint-Sauveur. Mais avant tout, réglons le démarrage du Centre sportif, en juillet prochain. Le reste suivra »
, s’est-il limité à dire.

À Piedmont, la mairesse Nathalie Rochon est aussi demeurée prudente devant la MRC, qui semble lui fait la cour.

« Une telle décision relève du conseil des maires. Personnellement, je trouve très avantageux pour une municipalité d’accueillir le siège social de sa MRC. C’est excellent pour la vitalité économique. »

Le préfet Genest a enfin déploré que le projet du Centre sportif des Pays-d’en-Haut prenne une telle tournure.

« Les gens vont dire « Wow ! » en le visitant. C’est dommage que Sainte-Adèle s’obstine. On a déjà vécu leurs sauts d’humeur par le passé, mais cette fois, ils ont causé toute une vague de fond », a-t-il achevé.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

1 Comment

  1. Pierre Lafond

    Je vous l’avais dit au départ à Monsieur Watchorn, ingénieur de formation.
    Pour construire un gros édifice, ça prend de bonnes fondations

    Reply

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.