|

Une occasion à saisir… 15 ans plus tard ?

Par Thomas Gallenne

Fusion de Piedmont, Sainte-Anne-des-Lacs et Saint-Sauveur

Fusion_1

Thomas Gallenne – L’idée de fusionner Piedmont, Sainte-Anne-des-Lacs et Saint- Sauveur ne date pas d’hier; mais de 15 ans exactement. En effet, la Commission municipale avait reçu de la ministre des Affaires municipales et de la Métropole (Louise Harel à l’époque), le 21 juin 2001, le mandat de réaliser une étude sur les avantages et les inconvénients d’un éventuel regroupement des municipalités du Village de Saint-Sauveur-des-Monts et de la paroisse de Saint-Sauveur. Poussant la réflexion jusqu’au bout, la paroisse de Saint-Sauveur avait demandé à la Commission d’ajouter à son étude les municipalités de Piedmont et Sainte-Anne-des-Lacs, ce qui fut fait. Le maire de la paroisse à l’époque était Charles Garnier, actuel préfet de la MRC des Pays-d’en-Haut.

Préambule historique

Au début du XXe siècle, le Gouvernement du Québec a choisi de morceler le territoire de la paroisse de Saint-Sauveur et de créer les municipalités du Village de Saint-Sauveur-des-Monts, de Piedmont et de Sainte-Anne-des-Lacs, et ce, pour des raisons propres au contexte de l’époque.
À l’aube du XXIe siècle, pour des raisons d’équité et de renforcement des structures municipales, le gouvernement a décidé d’y apporter des correctifs en favorisant les regroupements de municipalités.
En 2002, le Gouvernement du Québec décrétait la fusion de la municipalité de la paroisse de Saint-Sauveur avec celle du Village de Saint-Sauveur-des-Monts, créant ainsi l’actuelle Ville de Saint-Sauveur.
En cette même année 2002, la Commission municipale a tenu des audiences publiques et a procédé à une étude sur les avantages et les inconvénients d’un tel regroupement, mais en y incluant Sainte-Anne-des-Lacs et Piedmont.
La Commission indiquait dans son analyse qu’un « regroupement plus large est probablement souhaitable dans un avenir assez rapproché ».
Par regroupement plus large, les commissaires entendaient donc l’inclusion de ces deux municipalités dans le processus de fusion. Qu’en est-il 15 ans plus tard?

Manifeste d’un citoyen

Michel Kieffer, résident de Saint-Sauveur, s’inspire du projet de fusion proposé par Charles Garnier il y a 15 ans pour lancer son manifeste.
Par manifeste, il entend : « proclamation destinée à attirer l’attention du public, à l’alerter sur quelque chose ».

Fusion_3

Michel Kieffer lance son manifeste pour une fusion des trois municipalités, 15 ans après la demande faite par le maire de la paroisse de Saint-Sauveur de l’époque, Charles Garnier.


« Aux maires de Sainte-Anne-des-Lacs, de Piedmont et de Saint-Sauveur, je suggère d’amorcer une vraie démarche administrative afin de fusionner les trois territoires en une seule ville.
Devons-nous, pour une population regroupée d’environ 17 000 personnes, avoir trois maires avec 18 conseillers municipaux, trois directeurs généraux, trois directeurs d’urbanisme, trois directeurs des travaux publics, et deux chefs de pompiers?
Fusion_2
Actuellement, Saint-Sauveur partage avec Piedmont un Service des incendies, une bibliothèque, l’écocentre, une chambre de commerce, l’eau potable, une partie de ses loisirs et, sans exagérer, un centre-ville!
Parmi les avantages rassembleurs pour nos jeunes, il y a éventuellement la construction d’un centre sportif et culturel dans une nouvelle ville plus populeuse.
Un autre avantage est la protection et la consolidation de nos réseaux sportifs de plein air avec ses routes vertes et ses espaces dédiés, lesquels seraient mieux organisés et plus développés.
Aussi récemment, à la suite d’une décision de la Commission scolaire des Laurentides, les écoliers et les écolières de Piedmont auraient été mieux compris et auraient possiblement été maintenus dans les deux écoles primaires à Saint-Sauveur au lieu d’être transférés à Sainte-Adèle en septembre prochain.
De toute évidence, si la Ville de Saint-Sauveur avait été directement engagée, cela aurait été sûrement mieux contesté.
De plus, le maire de Piedmont a récemment annoncé qu’il ne se représentera pas en novembre 2017 et que son directeur général semble vouloir prendre sa retraite; cette fusion serait une belle occasion de prendre le virage avec ses deux autres voisins.
Et surtout un bel héritage de fin de mandat!
Avec une population d’environ 17 000 personnes, la nouvelle ville pourrait mieux vivre et se doter, à long terme, de services mieux structurés tout en conservant une décentralisation de certains services. »

En route vers le débat…

Le débat est donc lancé aux élus et à la population.
Ceux et celles qui désirent communiquer avec Michel Kieffer peuvent le faire par courriel à : ensemble2017@gmail.com.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

3 Comments

  1. louise kieffer

    Très bonne initiative fait dans le respect de tous et privilégié la collectivité et l’entraide.Chacun doit se sentir concerné dans un projet de société.

    Reply
  2. MarC

    Totalement en désaccord… le nombre d’employés demeureront les mêmes sauf pour le nombre de maires. Je ne crois pas non plus en de meilleurs services mieux structurés car le territoire sera double. De plus, les taxes de Saint-Sauveur augmenteront

    Reply
  3. MarC

    Ce n’est pas un projet de société c’est un projet voué à l’échec… plus grosse ville, plus d’administration… vous devriez prendre en compte l’exemple des fusions il y a quelques années, peu d’heureux dans les citoyens… De plus, le sort des écoliers n’auraient pas été différents même s’il y aurait eu fusion, l’école n’a pas la capacité, c’est clair non?

    Reply

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.