Des parents défendent l’option basket-ball

Des parents défendent l’option basket-ball
Actualité

L’école A.-N.-Morin met fin au programme

Un groupe de parents d’élèves inscrits à l’option basket-ball de l’école secondaire Augustin-Norbert-Morin confrontent la direction de l’école devant la décision de suspendre l’option pour la 4e année du secondaire dès la prochaine année scolaire.

L’enjeu est le maintien ou non des quatre périodes d’éducation physique (au lieu des deux habituelles transformées en autant d’heures consacrées à la pratique du basket-ball, ce qui permet aux jeunes de porter les couleurs de l’équipe de l’école, les Carcajous.

Or, pour augmenter les heures d’éducation physique, il faut couper dans d’autres cours au programme. Une gymnastique administrative qu’il n’est plus possible de faire en 4esecondaire, une année charnière dans le parcours d’un élève par le nombre de cours obligatoires pour l’obtention du diplôme.

Durant l’assemblée du conseil d’établissement, le 14 juin dernier, la direction a expliqué que c’est au parascolaire (après les heures de classe) que les élèves de 4e secondaire pourront poursuivre la pratique de ce sport à l’école. «Une dérogation avait été acceptée pour l’année qui se termine, pour réaménager les heures de cours, mais ça ne sera plus possible l’an prochain», explique la directrice Isabelle Nareau aux parents.

Pour les autres groupes de basket-ball (1re, 2e, 3e et 5e années du secondaire), c’est le statu quo et l’option est maintenue.

Les parents s’organisent

Jeudi dernier, le 14 juin, une douzaine de parents et autant de joueurs de basket-ball ont pu échanger une période de questions avec le conseil d’établissement de l’école. La rencontre publique suivait une réunion d’information en début de semaine. Une semaine qui a vu les parents s’organiser, notamment en créant un groupe Facebook, «Sauvons l’option Basket ANM».

Les parents reprochent à la direction et au conseil d’établissement d’avoir pris la décision, en janvier dernier, de retirer l’option pour la 4e année du secondaire, et de n’avoir communiqué l’information aux parents qu’à la fin mai, juste avant les examens de fin d’année. Ils se plaignent aussi du manque de transparence.

«Ce qu’on craint, c’est qu’avec cette décision, le programme soit éventuellement abandonné dans les autres niveaux», explique Annie Trudeau, un des parents concernés.

«Pour les élèves, le basket-ball est une motivation pour aller à l’école», affirme un autre parent, Fatou Dubois. Sur le site Web de l’école, on lit que la mission du programme basket-études «est de favoriser la persévérance scolaire en permettant aux jeunes de vivre une passion à l’intérieur même de l’école».

Au conseil d’établissement, les parents ont demandé de mettre sur pied un comité de travail pour une réunion de travail de trois heures pour examiner la grille des cours et voir ce qui pourrait encore être changé. Une idée accueillie froidement par le président du conseil d’établissement, Bernard Bouclin.

La prochaine étape pour le groupe de parents est d’envoyer une lettre au conseil d’établissement présentant leur argumentaire et de se présenter devant les commissaires scolaires.

Voir les commentaires (3)

3 Comments

  1. Yannik Lemay

    20 juin 2018 à 9 h 59 min

    Vraiment triste pour nos jeunes qui ont besoin d’un tel programme afin des les motivés à obtenir un diplôme d’étude secondaire (DES). Le basket-étude s’inscrit dans une volonté provincial de MOTIVATION scolaire , de persévérance scolaire et de la lutte au décrochage. La première raison évoqué par la directrice de l’école Isabelle Nareau a été l’ajout d’un cours d’ÉDUCATION FINANCIÈRE en secondaire 4 ce qui expliquait le retrait du Basket-étude ! Après vérification dans plusieurs écoles de la province , j’ai découvert que ledit cours était plutôt donné en secondaire 5 ce qui étrangement le cas à notre école. Notre directrice a mentis ou est-ce une mauvaise information qu’elle m’a donné au téléphone ? Par la suite la raison du retrait du basket-étude a été une question de crédits afin d’obtenir le diplôme qui était problématique. Cette raison est loufoque et tente de détourner les vrais raisons qui ont poussé la direction à couper le sport le plus populaire dans nos écoles Québécoise ! La véritable raison du retrait du basket-étude secondaire 4 ne serait-il pas un règlement de compte à l’interne entre la direction et un ou des membres du groupe des enseignants ? De plus , le groupe de parents qui ont à coeur la RÉUSSITE SCOLAIRE des jeunes a fait des recherches auprès d’écoles similaire à A.N. Morin et chacune des directions nous ont informés qu’il était TOUJOURS possible de trouver une solution à la grille-matière mais seulement si la VOLONTÉ était au rendez-vous ….

  2. Julie

    23 juin 2018 à 6 h 58 min

    Tout cela ne m’étonne tellement pas. L’école Augustin Norbert Morin se donne surtout à leurs jeunes de ski étude et danse. On s’en rend vite compte.juste en assistant à un gala récompense. Le basket passe inaperçu et le football parasco et l’art dramatique ils ont tellement de misère. On voit ou ils mettent leurs priorités…… danse et surtout ski.

  3. Annie Trudeau

    27 juin 2018 à 15 h 28 min

    Je voudrais remercier le journaliste et Accès de s’intéresser à la situation de l’option basket à AN Morin et de l’avoir diffusée. J’aimerais cependant préciser certaines informations:

    • 1er paragraphe sous celui en gras : tous les jeunes qui fréquentent l’école peuvent s’investir dans le parascolaire en basket et porter les couleurs des Carcajous. Ceux qui s’inscrivent dans l’option basket ont l’obligation de jouer dans l’équipe parascolaire des Carcajous. C’est là que le sentiment d’appartenance se crée et que la soif de s’améliorer se ressent.

    • 5e paragraphe sous « Les parents s’organisent »: tout de suite après les appels aux parents par la direction en véhiculant des raisons contradictoires, les parents se sont mobilisés en écrivant des lettres par courriel au Ministère de l’éducation, au Directeur Général de la commission scolaire des Laurentides, à la directrice Mme Nareau, en plaçant des appels, en se rencontrant. Le groupe Face Book a été instauré le 3 juin devant la nécessité de regrouper les informations et unifier les efforts.

    • 7e paragraphe: ma déclaration était avant d’avoir les échanges officiels avec la direction et d’assister aux rencontres. Maintenant je ne crains plus pour les autres niveaux scolaires, mais je constate que tout n’est pas fait pour offrir minimalement 4 périodes par cycle au secondaire 4. Nous sommes toujours en attente d’une réponse favorable sur le comité de travail demandé et d’une solution permanente pour la pérennité de l’option basket à ANM. Le document de doléances se retrouvera entre les mains du Directeur Général de la commission scolaire des Laurentides.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[+] Plus dans Actualité

X