pub de recyclage
(Photo : Courtoisie)
DSC_1364-(1)
|

Possible nouvel épisode de grève le 27 avril prochain

Par Luc Robert

Un nouvel épisode de grève se déroulera vraisemblablement le mardi 27 avril prochain, au Centre de services scolaire de la Rivière-du-Nord (CSSRDN) et au Centre de services scolaire des Laurentides (CSSL), à moins que la lenteur des pourparlers avec le gouvernement provincial cesse.

Près de 75 000 enseignants exerceront à nouveau ce moyen de pression. Cette fois, la grève se déroulera en après-midi, entre 14h45 et 17h. Le débrayage impliquera les professeurs du préscolaire, du primaire, du secondaire, de la formation professionnelle et de la formation générale aux adultes.

« Nous amorçons un blitz de négos. Il manque le p’tit bout pour conclure. On espère annuler la nouvelle grève prévue le 27 avril. Mais ça ne progresse pas encore à notre goût », a souligné le président du syndicat de l’enseignement de la Rivière-du-Nord, M. Christian Aubin.

Ce dernier a souligné en entrevue téléphonique que les revendications dépassaient le cadre salarial.

« Il y a bien sûr les conditions monétaires en jeu: on demande 2 % de hausses par année sur trois ans. La partie patronale nous offre 5 %, plus 1 % mis à part, mais avec des conditions inatteignables. Au niveau des conditions d’embauches, la CAQ avait dit en campagne électorale vouloir éliminer six échelons salariaux, mais elle n’a pas donné suite à sa promesse. Un(e) jeune enseignant(e) qui a fait quatre années d’université commence pareil au bas de l’échelle et nous voulons améliorer ça. Pour garder des professeurs expérimentés dans les classes, c’est de plus en plus difficile : il faut réorganiser la composition de celles-ci. On peut difficilement fonctionner avec 6 ou 8 élèves en difficulté par groupe. Le gouvernement ne nous a pas offert des choses tangibles à la table jusqu’à maintenant », a-t-il détaillé.

Du côté de la CSSL, le constat est le même qu’à Saint-Jérôme. « J’ajouterais que le gouvernement semble faire la sourde oreille, en ignorant nos cris du cœur ! Alors que nous réclamons un allègement de la tâche, la partie patronale nous propose plutôt le contraire. Nous souhaitons également une composition de la classe plus équilibrée et une meilleure accessibilité aux services, afin de répondre aux besoins de l’ensemble des élèves », a renchéri Mme Annie Domingue, présidente du Syndicat des enseignantes et enseignants des Laurentides.

« Nous avons besoin de meilleures conditions d’attraction et de rétention dans la profession, alors que nous faisons face à une pénurie d’enseignantes et d’enseignants. Il faut réduire la précarité et offrir des conditions salariales à la hauteur de notre travail ! Nos enseignants et nos enfants méritent plus », a-t-elle poursuivi.

Manifestations calmes

Une première mini-grève des enseignants s’est déroulée sans heurts, le mercredi 14 avril dernier, aux différentes écoles du territoire du CSSRDN et du CSSL.

« J’ai fait le tour des lignes de piquetage d’une douzaine d’écoles et on ne m’a informé d’aucun incident. Nous craignions des remous, mais tout s’est bien déroulé. Certains parents avaient même souligné leur intention de venir manifester, contre le port du masque, mais finalement, je n’en ai pas vu », a constaté Christian Aubin.

« Les enseignantes et enseignants étaient nombreux, lors du premier débrayage matinal. Nous avons ressenti les nombreux appuis de la population, qui klaxonnait en nous apercevant », a décrit M. Domingue.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.