pub de recyclage
(Photo : Nordy)
Photo-procès
|

Stéphane Maher coupable de manœuvre électorale frauduleuse

Par France Poirier

Le maire de la capitale régionale des Laurentides, Stéphane Maher, a été déclaré coupable sur les deux chefs d’accusations pour manoeuvres électorales frauduleuses le lundi 30 novembre dernier lors de son procès au Palais de Justice de Saint-Jérôme. Ce dernier avait été accusé par le Directeur général des élections du Québec pour malversation électorale en proposant des emplois aux candidats Mario Fauteux et André Marion, en échange du retrait de leurs candidatures à l’élection municipale de 2017.

La juge Maria Albanese n’a pas cru le témoignage du maire de Saint-Jérôme, Stéphane Maher, qu’elle a qualifié être parsemé d’invraisemblances et de réponses évasives. De plus, elle ajouté qu’il démontrait des signes d’impatience face aux témoignages des ex-conseillers Marion et Fauteux.

Elle a souligné que la Cour ne croyait pas le témoignage du défendeur. Stéphane Maher stipulait que c’était le conseiller Mario Fauteux qui avait dirigé la conversation lors de l’enregistrement dans lequel il demandait à ce dernier de ne pas se présenter à l’élection de 2017 et qu’il lui proposait un poste de prestige. Dans son jugement, la juge explique que l’on entend clairement le maire initié la proposition de l’emploi.

Pour la juge Maria Albanese, il n’y a aucun doute que d’attendre la dernière journée pour le dépôt des candidatures, soit le 6 octobre 2017, pour aviser les conseillers Fauteux et Marion n’était pas une stratégie politique comme le disait le maire. « Comment pouvait-il offrir des postes de prestige à des gens qu’il ne voulait plus dans son équipe. Et de dire qu’il les aiderait à faire signer leur carte de candidature afin qu’ils se présentent comme candidat indépendant, ce n’est pas crédible. En principe, c’est possible, mais en pratique comment pouvaient-ils à moins d’un mois des élections s’organiser et expliquer pourquoi ils changeaient de parti alors qu’ils étaient dédiés au Parti Vision Saint-Jérôme », souligne la juge.

Enregistrement

Elle explique dans son jugement que les deux conseillers souhaitaient se présenter au sein du parti pour lequel ils étaient impliqués. Selon elle, ils ne comprenaient pas pourquoi le maire ne voulait pas faire de sortie publique pour présenter son équipe et attendre jusqu’à la dernière journée. Le maire prétendait que c’était pour se faire élire par acclamation. Mario Fauteux, qui a une expérience comme organisateur d’élections, s’est questionné à ce sujet et a décidé d’enregistrer la rencontre avec le maire prévue le 6 octobre 2017, enregistrement qu’il ne savait pas qu’il servirait de preuve pour accuser le maire de Saint-Jérôme.

Peine minimale

Le Directeur général des élections du Québec (DGEQ) accusait Stéphane Maher d’avoir incité deux conseillers municipaux à ne pas se représenter aux élections de 2017 en leur promettant des postes de prestige.

L’avocate du Directeur général des élections a demandé la peine minimale de 5 000$ par chefs d’accusation soit 10 000$ au total. De plus, la loi électorale stipule à l’article 645,1: « La personne déclarée coupable d’une infraction qui est une manoeuvre électorale frauduleuse perd, pour une période de cinq ans à partir du jugement, le droit de se livrer à un travail de nature partisane. »

Appel

Stéphane Maher aura trente jours pour déposer une demande en Cour d’appel s’il le désire. « J’aimerais qu’on aille en appel, j’ai trouvé que la juge avait été dure envers mon client. C’est certain que ce sont des coûts, mais si nous allons en appel je serais plus incisif. Mon client va prendre le temps de réfléchir au jugement, ce sera sa décision », a souligné Me Robert Brunet à la sortie de la cour. Stéphane Maher s’est refusé à tout commentaire, lui qui se disait très confiant à son arrivée au Palais de justice.

Démission du parti Vision Saint-Jérôme

Ce dernier a annoncé le 1er décembre sa démission comme chef du parti Vision Saint-Jérôme.

« Suite au jugement rendu le 30 novembre dernier, je prends acte et je remets ma démission en tant que chef du parti de Équipe Stéphane Maher, Vision Saint-Jérôme.

Il est de mon devoir de prendre cette décision afin de permettre à notre formation politique de poursuivre l’exceptionnel travail que nous avons accompli et des nombreux projets et réalisations en chantier qui sont à venir.

J’évaluerai dans les prochains jours, l’option possible d’aller en appel ou non après analyse du jugement. La ville de Saint-Jérôme est sur une fabuleuse lancée depuis notre arrivée au pouvoir et je tiens à rassurer tous les citoyens, citoyennes ainsi que les employés de la ville que le conseil municipale œuvra dans ce sens », a-t-il écrit dans un communiqué.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.