(Photo : Archives)
Marie-Hélène Gaudreau, députée bloquiste de Laurentides-Labelle.
|

Assurance-emploi : Victimes de fraude sans le savoir

Par Simon Cordeau

De plus en plus de citoyens appellent aux bureaux de circonscription de Marie-Hélène Gaudreau, députée de Laurentides-Labelle, parce qu’ils ne peuvent pas recevoir leurs prestations d’assurance-emploi. « Il y a des demandes qui ont été faites en octobre. Là on est en janvier, trois mois plus tard, et les gens n’ont pas reçu de réponse. Ils attendent », s’indigne la députée.

La raison? Ils auraient été victimes de fraude, sans le savoir. Lorsqu’ils déposent leur demande d’assurance-emploi, le gouvernement s’aperçoit d’une inconsistance dans leur dossier. Une enquête est alors ouverte, et le demandeur doit prouver son identité. Les vérifications peuvent prendre des mois.

Ce sont les travailleurs saisonniers, très présents dans les Laurentides, qui sont les plus touchés, précise Mme Gaudreau. Ils ne peuvent pas appliquer pour la Prestation canadienne pour les travailleurs en cas de confinement (PCTCC) (qui remplace la PCRE), puisqu’ils n’ont pas perdu leur emploi à cause de la pandémie. « Imagine que tu es horticulteur. Tu as fini ta saison et, trois mois plus tard, tu n’as toujours pas de réponse de leur part », illustre Mme Gaudreau. Pendant ce temps, le demandeur doit attendre sans revenu. Des travailleurs du domaine de la foresterie et de la construction sont également touchés.

Une centaine d’appels

Depuis le retour du congé des fêtes, les bureaux de circonscription de Mme Gaudreau ont reçu plus d’une centaine de cas. « Il faut comprendre que, quand un citoyen fait appel à nous, c’est généralement parce qu’il est au bout du rouleau. » Cela fait dire à Mme Gaudreau que la centaine de personnes qui ont appelé à son bureau représentent sûrement beaucoup plus de citoyens dépourvus. « Nous les Québécois, on est très patients. Mais présentement, il faut le dénoncer. »

Le problème se fait aussi sentir ailleurs au Québec, comme dans la circonscription de Rivière-du-Nord, nous confirme Alexandre Girard-Duchaine, attaché politique de Rhéal Fortin. « Cette problématique est concrète, bien réelle et elle a des impacts négatifs considérables sur le traitement des dossiers. Très malheureusement ce sont, en effet, nos concitoyens qui en paient le prix. Nous constatons également une hausse importante de ce type de cas et les solutions actuellement offertes par le gouvernement fédéral sont bien minces, voire parfois inexistantes », nous écrit-il.

Les bureaux de circonscription assistent les demandeurs comme ils le peuvent, indique Mme Gaudreau. « En attendant, on analyse la situation et le niveau d’urgence de tous ceux qui communiquent avec nous, et on donne l’heure juste aux fonctionnaires. Mais ça, c’est un pansement. » La députée croit que le gouvernement fédéral doit aussi augmenter le nombre de personnes affectées à la vérification des dossiers, pour accélérer leur traitement.

Renseignements personnels et identification

Mme Gaudreau martèle que le gouvernement doit réformer les règles pour mieux identifier les individus, afin d’éviter les fraudes. « Les informations personnelles, comme le numéro d’assurance social ou le nom de jeune fille de votre mère, ça ne suffit plus. Il faut une double authentification, par courriel ou par texto, ou utiliser la biométrie ou la reconnaissance faciale. Ça fait deux ans et demi que je lance l’alerte, mais ils [les libéraux] ne font rien de ça. Encore une fois, ce sont les familles qui sont directement touchées », déplore-t-elle.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.