|

En juin: Je lis autochtone

Par Production Accès

Je lis autochtone vise à favoriser les rencontres interculturelles grâce à la littérature et faire rayonner le talent des auteurs des Premières Nations, Inuit et Métis, publiés en français au Canada. Des activités sont organisées dans plusieurs régions du Québec autour de la littérature autochtone.

Voici 4 suggestions d’Isabelle Dion, libraire à la Librairie Hannenorak, à Wendake, où l’initiative est née. On retrouve les suggestions sur le site web de Je lis autochtone.

Contre le colonialisme dopé aux stéroïdes, de Zebedee Nungak (Éditions du Boréal)

Pour les Québécois, le projet hydroélectrique de la Baie-James, lancé en 1971, a marqué le point culminant de la Révolution tranquille. C’était la prise de possession, physique et symbolique, de l’ensemble du territoire sur lequel le peuple du Québec était destiné à connaître enfin son plein épanouissement. Et si ce grand projet avait un côté sombre ? Et si, en affirmant notre langue, notre culture et notre emprise sur le territoire, nous avions été sourds et aveugles à l’attachement d’un autre peuple à sa langue, à sa culture et au territoire que ses ancêtres occupaient depuis des millénaires ?

La vallée des fleurs, de Niviaq Korneliussen (La Peuplade)

La Vallée des Fleurs se trouve à l’est du Groenland, tout près de la ville de Tasiilaq. Des fleurs de plastiques roses, rouges et bleues y poussent sur les tombes du cimetière. Une jeune femme s’y rend à la suite d’un événement tragique qui a touché sa belle-famille. Elle est amoureuse, étudiante, promise à l’avenir, et pourtant quelque chose en elle se brise devant la majesté des montagnes. Son quotidien de Groenlandaise qui tente de s’insérer dans la société danoise va s’accélérer. Il suivra une corde tendue entre obscurité et lumière vive.

Perles de verre, de Dawn Dumont (Éditions Hannenorake)

Aussi actuel que poignant, Perles de verre est une fenêtre ouverte sur le quotidien de ces jeunes Autochtones. Ils ont été parmi les premiers à quitter la réserve pour vivre en ville. Et qui ont dû lutter pour s’adapter, quitte à perdre certains repères pour en acquérir de nouveaux. Ils s’appellent Nellie Gordon, Julie Papequash, Taz Mosquito, Everett Kaiswatim. Leurs histoires sont liées depuis toujours. Leur destin n’est pas pour autant écrit d’avance.

Fif et sauvage, de Shayne Michael (Éditions Perce-Neige)

Fif et sauvage est un livre à lire comme on marche sur une corde raide. Un vertige à mi-chemin entre le ciel et la terre ; entre les identités acadienne, queer et Wolastoqiyik ; entre les présupposés et l’affirmation. Fif et sauvage devient une sorte de réappropriation de sujets stéréotypés et de termes péjoratifs. L’auteur se le permet afin de porter un regard honnête et brut sur soi et sur l’autre.

Librairies participantes dans les Laurentides

• Espace papier inc., Sainte-Thérèse

• La Chouette Librairie, Saint-Jérôme

• Librairie Carpe Diem Coopérative de solidarité, Mont-Tremblant

• Librairie L’Arlequin, Saint-Sauveur

• Librairie Le Sentier, Sainte-Adèle

• Librairie Ste-Thérèse, Sainte-Thérèse

• Papeterie des Hautes Rivières, Mont-Laurier

 

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.