« Je raconte des histoires symboliques » — Denys Arcand

Louis Desjardins Tom Fermanian Katherine Nequado Denise Robert Maripier Morin Alexandre Landry
« Je raconte des histoires symboliques » — Denys Arcand
Journal Accès
Culture

La chute de l’empire américain

Françoise Le Guen

Un retour aux sources pour Denys Arcand dans son dernier film, La chute de l’empire américain. Un drame aux allures de polar, dont le rythme, l’humour, la profondeur et le regard cuisant sur la société québécoise ne laisseront aucun répit jusqu’au dénouement que beaucoup se surprendront sûrement à espérer. Les artisans du films étaient de passage à Sainte-Adèle pour l’occasion!

Le ton est donné dès les premières images. Arcand ne perd pas de temps, il va droit au but. Tout est campé par la force de la première scène (Florence Longpré et Alexandre Landry) et la précision des réparties du maître du dialogue.

« Je raconte une histoire en espérant qu’elle ait une valeur symbolique, qu’elle fasse réfléchir, rire et pleurer. L’art n’est pas fait pour passer des messages, mais pour raconter des histoires symboliques, et c’est ce que j’essaye de faire», nous dit Denys Arcand.

« J’ai travaillé pendant deux ans et demi sur le scénario et je me suis documenté (police, avocats-fiscalistes, comptables, etc.) », explique Denys Arcand, ajoutant s’être nourri d’événements réels.

Nadine Brière, mairesse de Sainet-Adèle, Denys Arcand, réalisateur et Tom Fermanian, propiétaire du cinéma Pine.

Force du scénario

« Il y a un peu de Robin des Bois dans le personnage de Pierre-Paul, note Alexandre Landry. Et il fait trois choses impulsivement: ramasser deux gros sacs d’argent, faire affaire avec une escorte de luxe et engager un conseiller financier qui travaille pour la criminalité. Cette impulsivité fait que la trame devient intéressante, ensuite tout est dans le scénario. »

Rémy Girard fait aussi partie de la distribution. « Dans ce rôle, un comptable qui travaille pour les motards dans le blanchissement d’argent, j’avais dans l’idée de montrer sa désillusion», confie-t-il, saluant au passage la précision de l’écriture des textes de Denys Arcand et le travail de la productrice Denise Robert « qui fait qu’on a l’argent nécessaire permettant d’avoir le temps de bien faire les choses ».

C’est leur sixième film ensemble. « Tous ses dialogues sont dans ma tête, je dis souvent que je travaille en trois langues, en français en anglais et en Denys Arcand. Je sais tout de suite ce qu’il veut dire et, assez souvent, je pense comme lui. J’ai un sens de l’humour qui ressemble au sien, c’est pour ça qu’on travaille ensemble depuis si longtemps. Il me dit toujours «moi, j’écris, toi, tu le dis!» Je partage sa vision des choses de la vie et de la société. »

Rémy Girard, Nadine Brière et Tom Fermanian.

Découverte

Le film, c’est aussi la découverte de Maripier Morin (l’escorte de luxe), dont c’est la première expérience cinématographique. « Je viens de me réveiller d’un rêve et je ne veux pas qu’il finisse! Après avoir obtenu le rôle, j’ai eu un cours accéléré de l’œuvre de Denys Arcand pour comprendre ses films et le ton. Ensuite, sur le plateau, ç’a été un charme!

Cette dernière ajoute que ce film l’a sensibilisée à l’itinérance. «Depuis le tournage, c’est impossible que je passe à côté d’un itinérant sans lui donner quelque chose. Comment, en tant que société, on fait pour améliorer la situation et faire une différence? C’est ça la vraie morale de ce film, essayer de prendre soin les uns des autres et se conscientiser à la réalité de tous!» Au final, du pur Denys Arcand, un film captivant, campé dans la société québécoise avec les thèmes qui lui sont chers: l’argent et le bonheur, la critique des fonctionnements du capitalisme, la transmission du savoir, entre autres.

Denys Arcand, Denise Robert, Alexandre Landry, Mariepier Morin et Rémy Girard sont passés au Spago puis au Cinéma Pine de Sainte-Adèle pour présenter La chute de l’empire américain, jeudi dernier, lors de la tournée de première dans les Laurentides Le film sort le 28 juin.

Louis Desjardins, propriétaire du Spago; Denise Robert, productrice; Katherine Nequado, réalisatrice du court métrage La pomme, présenté avant le film; Rémy Girard, acteur; Tom Fermanian, propriétaire du cinéma Pine; Denys Arcand, réalisateur; Maripier Morin, actrice et Alexandre Landry, acteur.

 

 

Cliquez pour ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[+] Plus dans Culture

X