|

Accord parfait entre Skarazula et la France

Par nathalie-deraspe

Le groupe médiéval Skarazula revient d’une mini-tournée qui les a conduit de Carcassonne à Châteauneuf du Pape. Cette pre- mière incursion en terre française a permis aux musiciens de revenir avec d’alléchants contrats en poche.

Après 23 jours de tournée, un voyage qu’ils préparaient depuis trois longues années, ces troubadours des temps modernes peuvent se vanter de rentrer sur une bonne note. Les musiques de Skarazula ont en effet circulé avec beaucoup d’aisance dans divers festivals médiévaux entre le 13 juillet et le 3 août dernier. Bénéficiant déjà d’une excellente critique de ce côté-ci de l’Atlantique, Litha, leur second album, a été lancé à Paris le 17 juillet dans une cave médiévale. Deux représentations ont eu lieu à la Cité médiévale de Carcassonne, avant que les musiciens ne fassent leur apparition dans des festivals de troubadours en Auvergne et en Provence. Le groupe a fait l’objet d’une trentaine d’émissions de radio et une vingtaine d’articles de journaux ont souligné leur visite en France. «On avait très hâte d’aller jouer là-bas, a confié Steve Grenier en entrevue. On a pu constater que les musiciens médiévaux européens utilisent beaucoup la cornemuse et le tambour. Ils ont été impressionnés du fait qu’on jouait sur des instruments qu’ils n’avaient jamais vu (Skarazula reproduit des instruments anciens). C’est ce qui nous a démarqué.»

De l’ancien au moderne

Ce n’était pas qu’une mince affaire que d’aller présenter leurs musiques dans les vieux pays, souligne le percussionniste. La crainte n’était pas tant dans l’interprétation (le groupe est solide puisqu’il célèbrera bientôt ses 20 ans) que dans les arrangements. Les membres de Skarazula ne font pas que s’inspirer des airs de l’Europe médiévale et de l’Orient du XIIe au XVIe siècle, mais se permettent de les revisiter à fond, en y apportant une touche de modernité bien à eux. Cette relecture semble avoir plu aux Français puisque la tournée de l’an prochain sera rallongée de trois semaines. Le troisième album du groupe devrait prendre cette fois les couleurs de l’automne…

Skarazula, est formé de trois chanteurs. François Rainville, luthier et principal compositeur du groupe, assure les cordes (cistre, mandore, oud, trompette marine, vièle à archet), Steve Grenier, assume les percussions (psaltérion) et contribue aux arrangements, tandis que François Perron est aux vents (flûtes à bec, traversière et kaval). Tous les ins¬truments à cordes sont fabriqués par les membres du groupe. Le oud s’ajoutera à la liste dans les mois à venir.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.