Effets secondaires? L’ennui…

Effets secondaires? L’ennui…
Thomas Gallenne
Culture

Que je sois bien clair dès le départ: j’exècre les versions doublées. Selon moi, le doublage dénature l’âme d’un film – l’émotion – transmise dans le jeu des acteurs, dans leur voix originale.

 

Cette opinion n’engage que moi et n’enlève rien au talent des doubleurs. J’ai grandit en allant voir les films en v.o. avec sous-titres en français. Avoir le choix, j’irais voir les films dans leur version originale. Fin de l’édito et revenons au film. Parlons-en du film. Le fond de l’histoire, au sujet de l’industrie pharmaceutique, de sa puissance et de son emprise sur nos sociétés, aurait pu faire un film passionnant, doublé d’un thriller psychologique redoutable. Du déjà vu me direz-vous? Certes, mais au lieu de cela, Steven Soderbergh (Ocean’s eleven et sa suite, Erin Brockovitch, Sex, Mensonges et Vidéo) nous propose un mélange des genres déroutant. Le film commence en drame, pour prendre ensuite la tengeante du thriller psychologique et terminer dans un rebondissement tiré par les cheveux et prévisible. Dommage car les acteurs principaux (Rooney Mara, Jude Law et Catherine Zeta-Jones) s’en tirent honorablement.  Channing Tatum, quoi dire? Il a les épaules carrées et un cou de bœuf et semble être le douchebag de l’heure. Et les lunettes de  Zeta-Jones lui grossissent le nez. Quand vous êtes rendus à vous arrêter sur ce genre de détails, c’est que le film ne fait pas sa job. Des longueurs, un rythme qui ne s’installe jamais vraiment. Une happy end (pour qui?) un peu trop facile. Le réalisateur était-il sur les médicaments?

Actuellement à l’affiche au cinéma Carrefour du Nord, St-Jérôme. En v.o.a. le jeudi 14 février, 18h45. v.o.a. : Side Effects

Cliquez pour ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Thomas Gallenne

Directeur de l'information

[+] Plus dans Culture

X