Les résultats du concours Amat’Art 2012

Les résultats du concours Amat’Art 2012
Martine Laval
Culture

Le dépassement de soi à l’honneur

Je suis en haut de l’escalier et n’ose entrer. On joue l’impromptu No 3 Op. 90 de Schubert. Je suis figée dans l’écoute de cette mélodie vibrante.  De l’autre côté de la porte a lieu le concours Amat’Art. Nous sommes le 1er décembre, à Saint-Sauveur.

Martine Laval

Bien que ce soit des musiciens-amateurs qui concourent à cet événement, je suis impressionnée par le courage et l’audace dont chacune de ces personnes fait preuve en se mettant au défi de vaincre ses peurs, de se dépasser, et de jouer devant public, coûte que coûte.

Le choix des pièces est savoureux, le talent de chacun admirable. Le trac et l’intensité de la concentration sont palpables. On sent dans la petite salle de concert, une connivence, une grande indulgence. Après tout, chacun va y passer. Les mains tremblent, quelques erreurs se glissent, on se reprend et surtout… on continue! Et ça, c’est porteur d’admiration à  mes yeux. Le fait de ne pas baisser les bras, de relever sa tête et de se dire: «Moi, je vais jusqu’au bout!» est tout à fait admirable. D’ailleurs, les juges présents noteront cette ténacité à plus d’une reprise.  

En parlant des juges, deux grands noms ont accepté en toute générosité de passer la journée à écouter les neuf musiciens inscrits au concours et à porter attention à chaque menu détail. Martine Cardinal, violoniste et Michel Fournier, pianiste, tous les deux musiciens de grande renommée, professeurs et pédagogues de haut niveau, ont fait preuve d’une grande ouverture. Ils ont rendu un travail de critiques, de commentaires et de recommandations hors de toute attente. Chaque performance, analysée rigoureusement, a toutefois été jugée avec souplesse. Chaque remarque était bien sentie, justifiée, adéquate et personnalisée. Ces musiciens amateurs qui reviennent pour la plupart à leur art après plusieurs années d’abandon pour quelque raison que ce soit, méritaient d’être entendus, méritaient qu’on s’attarde à éplucher et mettre en mots les menus détails de leur performance, afin de leur permettre d’aller plus loin dans leur désir personnel de remettre la musique à l’agenda de leur vie. Mille fois Bravo! Voir même Bravissimo! aux concurrents, aux juges et aux organisateurs de ce magnifique concours dont

Madile Puijalon, musicienne-concertiste, en est l’initiatrice.

Chaque participant est reparti avec un prix: d’abord les commentaires des juges écrits noir sur blanc afin de pouvoir s’y référer au besoin, une paire de billets pour un spectacle de musique contemporaine, le tout dans un sac à l’effigie du concours et des commanditaires qui soutiennent l’événement musical.

Le participant qui se mérite le prix ultime : une semaine tout compris au camp de musique CAMMAC cet été dans les Laurentides (le Club Med de la musique), est Jérôme

Vézina, pianiste. Avant de savoir qu’il remportait les honneurs de la journée, il me confiait à quel point il s’était fait plaisir en interprétant les pièces de Debussy et de Bartok qu’il avait choisies. «Les recommandations que j’avais reçues de mon professeur de piano d’être naturel, tout simplement, a changé ma personnalité et a porté fruits. Ma musique n’en est que plus harmonieuse, plus facile aussi. Je le ressens jusqu’au bout de mes doigts. J’en ai dépassé mes propres attentes.» Après avoir remporté son prix, il se disait toutefois très surpris du résultat. Il ne croyait tout de même pas gagner ce magnifique prix. «C’est un grand bonheur et un grand honneur» exprime un Jérôme Vézina, fier et reconnaissant à l’idée de pousser encore plus loin son apprentissage.

Le gagnant de l’an dernier, Bertin St-Pierre, violoncelliste, présent en tant qu’auditeur cette année, me racontait à quel point il avait apprécié ce cadeau qu’il avait remporté et qu’il considère aujourd’hui comme un des plus beaux de sa vie. La disponibilité des professeurs, la diversité des ateliers et des activités proposées, l’ambiance de musique qui règne sur les lieux du  matin au soir et l’opportunité de s’y baigner, fut une expérience grandiose.

Musiciens amateurs, à vos instruments! Le concours reviendra vite. Soyez prêts à relever le défi, vous pourriez vous surprendre!

Pour plus d’infos sur Amat’Art: www.amat-art.org

ou 514 932-3060.

Cliquez pour ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[+] Plus dans Culture

X