«Une histoire à se tenir debout»

«Une histoire à se tenir debout»
Culture

La Fête… en livres!

Le Mouvement national des Québécoises et des Québécois lançait en mai dernier un livre sur l’histoire de la Fête nationale du Québec, la Saint-Jean comme on dit. Cette fête qui anime la première fin de semaine de vacances des jeunes et qui donne, en quelque sorte le coup d’envoi au beau temps et aux événements estivaux. Une fête qui a connu plusieurs transformations au cours des… 174 années de son existence.

Pour ceux qui croient que la Fête nationale n’est de ce monde que depuis la Révolution tranquille; pour ceux qui croient que les festivités ne se limitent qu’à les Plaines d’Abraham ou au Parc Maisonneuve à Montréal, il y a beaucoup à apprendre de cette fête qui fût d’abord politique et religieuse puis, politique, familiale et identitaire. La Fête nationale c’est un peuple en mouvement, c’est une fierté d’appartenance. C’est une journée pour se rapprocher les uns des autres, peu importe notre origine. C’est un moment pour se souvenir de notre histoire, non pas celle de vaincus mais celle de chaque Québécoise et Québécois mettant l’épaule à la roue pour construire un bel avenir à toutes et à tous et pour préserver un immense territoire qui fait l’envie des touristes. Comme le dit si bien Chantale Trottier, présidente du Mouvement national des Québé­coises et des Québécois, en avant-propos: «L’histoire de la Fête nationale du Québec, c’est aussi l’histoire du Québec […] une histoire non pas à dormir debout, mais plutôt une histoire à se tenir debout».

Nous avons tous un souvenir précis d’un certain 24 juin qui a marqué notre vie. Au Québec, nous n’avons pas eu un Mai 68, mais un Juin 68 à petite échelle. L’eau n’a pas toujours été calme sur le courant des festivités. Souvent, la fête tire son ambiance de l’atmosphère politique qui règne alors. Les beaux souvenirs sont eux aussi nombreux à s’imprimer dans la mémoire des Québécois. Témoignages auxquels on peut s’abreuver tout au long de notre lecture. Plus qu’une façon de fêter sa québécitude, la Fête nationale s’enracine dans la région, le village, le patelin, la rue, la cour des voisins. Nous dansons, nous chantons, nous pouffons de rire, nous mangeons, nous buvons. Un peu à l’image des rigodons de nos ancêtres quand après les moissons, la famille et le village se rassemblaient pour fêter. L’humain a un besoin d’appartenance et possède un fort désir de se rassembler.

C’est donc avec fierté que le Mouvement national des Québécoises et des Québécois, coordonnateur de la Fête nationale depuis 1984, nous présente cette histoire de la Saint-Jean. Un livre coloré, dynamique et convivial auquel plusieurs gens du milieu ont participé. Le bleu et le blanc, couleur du fleurdelisé ainsi que le jaune signifiant le solstice d’été rehaussent les encadrés et les coupures de journaux relatant les faits de certaines Fêtes nationales. La première partie se concentre sur les origines jusqu’en 1976 et la seconde partie s’intéresse aux années suivantes, de 1977, année où la Fête nationale du Québec devient officielle, jusqu’à 2006. Chacune des ces dernières années ont été dotées d’un thème. Nous connaissons celui de cette année: À nous, le monde!

Coups de cœur

Il me semble qu’il y a toujours à découvrir sur ce Québec, son peuple, sa nature et son ingéniosité. Le reporter photographe pour divers journaux et magazines Michel Julien, vient de publier un guide sur le Québec. Il nous présente ces endroits «qui ont réellement conquis le cœur de l’éternel touriste et voyageur que je suis». Classés par saison, par attrait et par activités, les coups de cœur sont au nombre de 500. De quoi planifier un été entier. Chaque image représentant un coup de cœur est accompagnée d’un court texte la bonifiant. Gaston Lepage en signe la préface, comédien qui a parcouru le Québec «aussi bien en long et en large que de bas en haut». Gens du pays, c’est votre tour… 

Collectif. La Fête

nationale du Québec:

un peuple, une fierté, Lanctôt Éditeur,

253 p., 24,95$

Michel Julien. 500 coups

de cœur pour découvrir

le Québec, Éd. Broquet,

2007, 231 p., 24,95$

Cliquez pour ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[+] Plus dans Culture

X