|

Tout le monde debout, bordel!

Par Josée Pilotte

Je commence par des félicitations: vous êtes vraiment extraordinaires. Dans l’une de mes dernières chroniques (Rendez-vous manqué), je vous suppliais de réagir, vous avez réagi; dans une autre (Qu’est-ce qu’on attend pour être heureux?), je m’indignais, vous vous êtes indignés avec moi. Quand nous avons décidé d’interpeller nos élus, notamment pour le dossier de l’interconnexion, vous les avez interpepellés avec nous. D’ailleurs vous savez quoi? Il semblerait que le dossier bouge. Pas assez vite à mon goût (deux ans encore à attendre!)… mais ça bouge comme ça n’a jamais bougé. Je peux vous dire que j’ai vu des tracés et c’est plutôt bien.

Bref: je vous félicite d’être là, d’épouser nos causes comme on épouse les vôtres. Félicitations de changer notre monde.

Nous lançons cette semaine un projet pour encourager nos lecteurs à rêver mieux. Un projet audacieux, un projet qui déstabilisera peut-être certains élus, un projet qui, je l’espère, aura une réelle résonance dans nos vies. J’ose espérer que nos élus en place et les candidats en lice pour les mairies de notre MRC seront bons joueurs et participeront aux échanges avec vous, élèveront le débat, le porteront plus loin. C’est une nouvelle forme de démocratie, c’est une démocratie participative à laquelle nous les convions…

Parce que, entre vous et moi, qui décide si l’on a le droit à des pistes cyclables, à la protection de nos sentiers? Qui décide si ce sera une piscine ou bien une patinoire? Qui décide de quoi et où se fera un nouveau centre-ville? Qui décide de l’aménagement de nos routes? Qui propose véritablement un grand projet collectif? Qui voit plus loin qu’un mandat de quatre ans? Qui décide comment retenir nos jeunes? Et en vertu de quoi?

Peut-on se comparer à meilleur, à ailleurs, là où ça va mieux, tout en gardant notre identité? Et quelle est-elle, cette identité? Qui décide ce qui la définit?

Qui décide aujourd’hui de quoi nous devrions être fiers demain?

Et si c’était vous?

Vous êtes nombreux à me féliciter pour mes chroniques. Vous êtes aussi nombreux à partager une certaine vision que je chéris pour nos Laurentides. J’en suis flattée. Mais. Ce n’est plus d’une claque dans le dos dont j’ai besoin mais plutôt de votre engagement avec nous pour faire avancer les dossiers qui nous tiennent tous à cœur.

Nous vous offrons une tribune, une occasion de rêver mieux ce que nous pourrions être individuellement et collectivement. Comprenez-moi bien: on parle ici de projets porteurs, positifs, rayonnants mais réalisables. Si vous voulez régler vos comptes avec un élu, ou n’en souligner que les aberrations, ceci ne sera pas votre tribune (contentez-vous alors simplement de faire votre devoir de citoyen en ne votant pas pour lui et, d’ici là, proposez un changement!). Pour les autres, je serai votre porte-voix auprès de nos élus pour faire valoir vos désirs de voir évoluer nos Laurentides. Vous me connaissez assez maintenant pour savoir que je les défendrai haut et fort.

Vous savez?, c’est une question de détermination, de volonté, d’effort à fournir. Je me dis qu’à grands coups de persévérance et d’ouverture d’esprit, on peut y arriver. Je me dis que si la raison d’être du journal Accès permet aujourd’hui de changer ne serait-ce qu’une toute petite chose au visage laurentien, j’aurai la satisfaction du devoir accompli.

Personnellement j’en ai marre de «chialer», j’ai décidé d’agir.

Alors qu’est-ce qu’on attend pour être heureux?

On les gagne ensemble les prochaines élections?

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.