Ascension printanière sur glace

Par Sandra Mathieu

Vous êtes probablement passé devant d’innombrables fois sans quitter des yeux la 329. On ne peut se douter que ce virage à droite, en route vers le village de Saint-Adolphe, mène vers un défi sur glace qui promet un dépaysement total.

Samedi dernier, sous un soleil de plomb, quelques minutes de marche m’ont mené à la cascade de glace artificielle où le fondateur de cette entreprise, spécialisée en formation et voyage de grimpe, et Samuel, mon moniteur assigné, m’ont saluée et rapidement fourni casque, piolets et crampons.

Après quelques explications de base sur la position idéale des pieds pour optimiser les pointes et un aperçu de la façon de piquer les piolets, j’étais… prête!

Je n’ai même pas eu le temps d’évaluer mon niveau de stress que déjà j’étais assurée et j’attaquais ma première paroi. Je me suis immédiatement sentie en sécurité et entre bonnes mains. Sous les encouragements intermittents de la petite équipe, y compris le fils de Dominic qui, du haut de ses 9 ans, me lançait des phrases percutantes telles que : « Cette section n’est pas facile, mais tu y arriveras, je l’ai moi-même réussi tantôt! ». Mon orgueil a pris le dessus sur mes muscles en feu. La descente en rappel, bien qu’intimidante à première vue, est finalement quasi relaxante.

Le défi que Samuel m’a ensuite lancé m’a paru plus près d’une blague que d’un projet sérieux! Mais je me suis dit : « C’est lui l’expert » et j’ai retenté la paroi cette fois sans les piolets. J’ai alors compris des concepts qu’il aurait pu prendre une bonne heure à m’expliquer sans que j’en saisisse toute la pertinence.

Pour ma troisième expérience, après une petite pause pour observer les autres alpinistes (clients réguliers qui s’exerçaient à maîtriser davantage certaines notions en vue d’un voyage de grimpe), j’ai mieux compris comment doser la force des bras, des jambes et du centre du corps. Ce n’est pas sans mal que j’ai réussi l’objectif et c’est avec un large sourire que je suis redescendue avec la confirmation que l’année de mes 40 ans en est une de passions nouvelles.

Pour terminer en beauté cet après-midi de rêve, quoi de mieux que de déguster une bonne IPA signée Camp de base, brasserie éducative adjacente au complexe d’Attitude Montagne.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *