Canoë-kayak

Canoë-kayak
Mathieu Laberge
Sports

Dernier rendez-vous compétitif de la saison chez les Vikings

Le club de canoë-kayak Viking a mis un terme à sa saison de compétitions, samedi dernier, en accueillant la régate Classique d’automne où les épreuves de longue distance étaient à l’honneur.

Au total, 125 athlètes de six clubs étaient présents en bordure du lac Saint-François-Xavier, là où le club a installé ses pénates. Terrain de jeux parfait, le lac est étroit et long et le vent y est rarement de côté, ce qui est propice à la pratique de ce sport.

Des infrastructures à améliorer

Si le lac répond parfaitement aux attentes des canoéistes et kayakistes, c’est sur la terre ferme que l’équipement pourrait être amélioré.

Le pavillon Montfort, l’ancienne église de la petite municipalité, sert de local et deux conteneurs pour ranger l’équipement trônent tout juste à côté. Une bâche bleue tendue par des cordes est attachée à l’un d’eux afin que les athlètes du club puissent profiter d’un peu d’ombre en cette belle journée de fin d’été.

Claire Marcotte, membre du conseil d’administration du club Viking, préférerait voir un véritable abri extérieur digne de ce nom plutôt qu’un abri de fortune. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’au moment de l’entrevue, elle s’interrompt à quelques occasions pour vendre des billets de tirage moitié-moitié dont les profits financeront les futurs achats du club.

Mais avant de moderniser les lieux, le premier objectif du club de canoë-kayak Viking demeure d’attirer des plus jeunes membres au sein de ce groupe qui a démarré avec des athlètes de la catégorie des maîtres (25 ans et plus) au début des années 2000.

« Peu de gens connaissent ce sport et le club. Nous sommes ouverts à tous et nous ne sommes pas qu’un club de compétition. Une séance d’initiation coûte 10 $ et nous prêtons tout l’équipement. L’avenir du club passe par la jeunesse », mentionne Mme Marcotte, convaincue.

Béatrice, une recrue motivée

Une des recrues chez les Vikings est Béatrice Saint-Jean. Âgée de 14 ans, l’adolescente de Prévost termine son premier été dans un kayak. Signe que ce sport est encore méconnu, elle croyait qu’elle ferait de l’aviron plutôt que du kayak lors de son premier passage au lac Saint-François-Xavier.

Une fois la surprise passée, elle a tout de même tenté sa chance et elle y a rapidement pris goût, attirée qu’elle était par les sports nautiques.

« J’ai essayé ça et j’ai aimé le feeling. Ensuite, j’ai continué et acquis la technique. J’aime la vitesse et de savoir que je travaille bien, c’est une bonne adrénaline! », a-t-elle expliqué quelques minutes avant sa première course à vie dans ce sport.

Un peu nerveuse avant cette épreuve de 6 kilomètres, ce qui sera sa plus longue distance à vie, Béatrice est avant tout une joueuse de volleyball dans des ligues civiles et scolaires. Comme l’explique l’étudiante de quatrième secondaire, les deux sports se complètent bien selon elle.

« Je voulais aussi essayer un sport individuel. Des fois, c’est dur de perdre en équipe. Lorsque tu es seule dans un bateau, tu es responsable de tout. Pratiquer un sport individuel va m’aider à savoir ce que je fais de bien et de moins bien, en plus de m’obliger à me concentrer sur mon effort. Et j’aime ça quand il faut forcer! », ajoute celle qui croit que le canoë-kayak lui apprend aussi à mieux se connaître. « J’ai beaucoup aimé mon expérience et je pense revenir l’an prochain si le volleyball ne prend pas trop de place dans ma vie. »

Cliquez pour ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[+] Plus dans Sports

X