Chronique Sport : Se reposer? Non merci!

Chronique Sport : Se reposer? Non merci!
Sports

Benoit Simard, collaboration spéciale – Il y a quelques jours à peine, il était difficile de prévoir s’il était envisageable de jouer dehors. Malgré le beau soleil des derniers week-ends, c’est officiellement devenu clair que plusieurs attendent la neige pour sortir dehors. Le temps est moche, froid, il y a trop de feuilles dans les sentiers pour y courir, trop d’eau pour y marcher : c’est la grande noirceur qui s’installe.

Faire du sport à l’intérieur? Il faudra peut-être s’y résoudre : entre deux maux vaut mieux choisir le moindre. Le dicton n’est pas faux. Je l’admets : je ne suis pas un fan du sport à la manière « hamster ». Pour le cycliste amateur de paysage que je suis, m’époumoner pour n’aller nulle part ne fait pas partie de mon ADN. Mais maintenant, les options ne manquent pas, des ingénieurs et informaticiens semblent s’être penchés sur le sujet et ont développé des solutions intéressantes. Je vous parle ici de cyclisme sur base d’entraînement avec simulateur virtuel.

Les compagnies de base d’entraînement (Tacx, Kick’r, CyclOps, etc.) ont maintenant intégré des capacités « SMART », qui utilisent des protocoles de communication tels que Bluetooth ou ANT+, de manière à utiliser les applications de téléphones, ou de tablettes, pour contrôler la résistance et l’effort lors des entraînements. Relié aux moteurs des bases d’entraînement, on peut ainsi simuler un parcours préalablement enregistré, ou faire la compétition à un ami, peu importe l’heure du jour ou l’endroit où il se trouve dans le monde.

Ne sursautez pas! Ces nouvelles technologies, dignes des films de science-fiction d’un passé proche (on célébrait d’ailleurs les 30 ans du premier passage de la Dolorean volante à la mi-octobre), sont accessibles, et beaucoup moins coûteuses que l’on ne pourrait le croire.

Ainsi, pour environ 700 $, vous pouvez acheter une base qui vous permettra d’utiliser votre téléphone intelligent et voyager dans le monde. Pas mal, hein? Plusieurs applications gratuites (pour IOS et Android) telles que Zwift, BKOOL, Kinomap et TRAINERroad rendront vos moments à l’intérieur agréables et payants physiquement. Les possibilités semblent virtuellement sans limites.

Pour ceux qui préfèrent toutefois pratiquer l’art de la souffrance solitaire avec les amis, différents centres de « réalité virtuelle » sont accessibles aux gens des Laurentides. Vélorentides, situé à Piedmont, propose des entraînements de groupe pour améliorer votre forme en attendant la chaleur du printemps. Le studio PowerWatts Nord compte aussi sur plusieurs athlètes de la région pour vous motiver à atteindre vos objectifs respectifs, sans même avoir à mouiller vos bas de pantalons dans la gadoue.

Autrefois réservée à l’élite, ou aux forçats des sous-sols (et le plaisir en moins), la pratique du vélo à l’intérieur voit poindre la lumière au bout de l’hiver. La pratique du vélo sur place est aussi le parfait moment pour travailler certains aspects spécifiques de votre coup de pédale ou de votre posture sur le vélo. Prenez le temps de consulter les spécialistes en la matière, et vous ressortirez gagnant de cette période de dormance et d’incertitude saisonnière. Bon, alors ressortez vos cuissards courts et sautez sur votre vélo maintenant!

Au plaisir les sportifs!

Cliquez pour ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[+] Plus dans Sports

X