Pétition pour réintégrer un ex-directeur technique

L’ex-directeur technique du FC Boréal, Wilfried Murat.
Pétition pour réintégrer un ex-directeur technique
Luc Robert
Sports

Soccer FC Boréal

Luc Robert, collaboration spéciale

Un groupe de parents et d’entraîneurs fait circuler une pétition réclamant le retour de l’ex-directeur technique de soccer du FC Boréal, Wilfried Murat, dont les services ne sont plus retenus depuis le 25 juin 2018.

Dans une missive transmise à Accès Le Journal des Pays-d’en-Haut, le « groupe des5» a détaillé l’apport de ce dernier auprès du FC Boréal, qui regroupe plus de 1500 jeunes adeptes, dans les villes de Prévost, Saint-Sauveur, Sainte-Adèle, Saint-Colomban et Saint-Hippolyte.

«Au cours de la dernière année et particulièrement durant la saison estivale 2018, les problèmes ne cessent de croître au FC Boréal […]. Surtout, le licenciement du directeur technique (DT), fondateur du club en place depuis près de 10 ans (N.D.L.R. Wilfried Murat) en cours de saison estivale, sans plan de remplacement ni de personnel adéquat permettant de combler ce rôle primordial au développement des jeunes et la continuité de la saison automne-hiver», peut-on lire dans la pétition.

Version différente

De son côté, le président du Conseil d’administration du FC Boréal, Claude Massicotte, présente une autre version.

« Contrairement aux ragots qui circulent, l’ex-DT n’a pas été congédié, mais suspendu avec salaire, jusqu’à la fin de son contrat, en septembre 2018. Avec les faits dont nous disposons, nous n’avions pas d’autre choix que de procéder ainsi. Nous ne pouvons divulguer les raisons de cette décision, puisque le dossier se trouve présentement entre les mains des avocats des deux parties », a-t-il spécifié.

Même son de cloche du côté du principal intéressé, qui préfère réserver ses commentaires pour plus tard. Selon des sources bien informées, les conseillers juridiques tenteraient d’obtenir une compensation financière pour M. Murat, ou encore sa réintégration pure et simple.

« La réalité du club a bien changé depuis quelques mois. […] Le soutien technique accessible sur le terrain a été éliminé dans toutes les catégories (niveau compétitif, ligue locale et mini-foot). Il en découle une lourdeur pour les entraîneurs bénévoles, ne possédant pas les connaissances requises pour remplir les objectifs et attentes », est-il ajouté dans le texte, parrainé par le « groupe des cinq ».

Ce à quoi M. Massicotte a répondu: « Un nouveau groupe technique sera en place pour la fin de saison 2018. Un message est envoyé aux parents, afin de leur expliquer où se positionne le CA, dans le dossier, et vers quoi nous nous destinons en 2019. Je ne vis pas dans un vase clos: les parents peuvent venir me voir sur le terrain ou me contacter par le Facebook du FC Boréal. Je réponds aux questions », a ajouté celui qui est à la présidence de l’organisme pour une première saison.

À l’origine de l’idée de cette pétition, Pierre-Jean Milo a de son côté expliqué le but de la démarche.

Le président du CA du FC Boréal, Claude Massicotte.

Pétition

« Il faut plus de signatures (191 recueillies à ce jour, 500 visées, souligne-t-il), afin d’alerter un maximum de parents, par courriel s’il le faut. Nous prônons le retour de Wilfried Murat. Il s’est fait plumer. Il est pourtant très compétent et gentil. Il adore les jeunes et son approche envers eux est idéale: il rassurait, peu importent les circonstances, les enfants et leurs parents », a-t-il évoqué.

À noter que le texte de la pétition ne comporte pas la signature des auteurs, mais que le représentant du journal a pu les identifier.

Le « groupe des 5 » va même plus loin dans son analyse.

« La communication déficiente à tous les niveaux représente une grande source de frustration. […] L’accès aux équipements est difficile, car il n’y a pas de responsable sur place et les espaces de rangement sont barrés. […] Par ailleurs, le processus d’évaluation en début de saison, pour le volet compétitif, est catastrophique: évaluation uniquement technique, alors qu’on valorise faussement l’implication et l’esprit sportif. De plus, les entraîneurs et le personnel du FC Boréal constituent les équipes avant même la fin des phases d’évaluation. »

M. Massicotte réfute ces affirmations.

« Pour l’équipement, nous avons changé plusieurs cadenas et les combinaisons en cours de saison, car nous avons eu des cabanons défoncés et de l’équipement volé. Quant aux évaluations, nous avons utilisé les services d’évaluateurs neutres, pour assurer l’intégrité du choix des joueurs. Nous n’aurions rien à gagner à trafiquer les évaluations. Nous sommes tous des bénévoles, au service des jeunes. On peut nous critiquer, mais suggérer des pistes de solutions est plus utile », a-t-il achevé.

 

Voir les commentaires (4)

4 Comments

  1. Frederique Yvon

    28 août 2018 à 17 h 52 min

    Bon texte qui montre bien les problématiques qui sont présentes dans ce club de Sports. Mes enfants y pratiquent LE soccer et ou je suis aussi bénévole et effectivement nous avons été largement laissés à nous-mêmes. Avec quelques réponses via face book nous disant que ça allait être mieux éventuellement.

  2. Christian Rault

    30 août 2018 à 12 h 53 min

    Ma copine a donner 10 années de bénévolat pour ce club avant de se faire congédier par le CA pour dossier mal géré ! ( intimidation et bien plus …
    Le CA donc, M Massicotte et Madame Marie Ève Bérubé , n’ont pas les qualités et les compétences pour gère ce club , l’es dommages crée prendrons de 2 à 4 ans avant de tout remette en ordre ! Et c’est les jeunes malheureusement qui en paye le prix .

  3. Richard Allard

    1 septembre 2018 à 11 h 51 min

    J’ai vécu le passage du club de soccer des Pays-d’en-Haut vers le FCBoréal. Il m’apparaissait alors évident que de gonfler artificiellement un organisme bénévole mènerait, un jour ou l’autre, à la situation actuelle.
    Joindre plusieurs municipalité pouvait offrir la masse critique de joueurs pour développer l’élite, payer un directeur technique et combien d’autres avantages encore. Malheureusement, la charge administrative supportée par des bénévoles dépasse souvent les capacités de ceux-ci en temps disponibles, en capacités de gestion et surtout en capacités à gérer les conflits humains. Je me suis éloigné du club après plus de 10 ans d’implication. Je ne suis pas au fait des raisons du conflit actuel. Je sais pourtant avoir vécu nombres de frustrations liées à la taille du club de par son nombre de membres et de par sa taille géographique.
    Je ne doute pas des intentions honnêtes des dirigeants actuels. Je ne doute certainement pas des compétences techniques de M. Murat ni de l’approche de celui-ci vis-à-vis la saine compétition. M.Murat a su s’impliquer tant au niveau de l’élite que des joueurs récréatifs.
    Les frictions actuelles ne peuvent que nuire à ceux pour qui le club a été créé.
    Je me suis impliqué pour que la Commission Scolaire des Laurentides investisse dans la construction d’un terrain synthétique et puisse offrir des installations décentes aux joueurs et incite les jeunes à pratiquer l’activité. Il serait dommage que les conflits d’adultes interfèrent avec le développement de la pratique sportive alors que nous venons tout juste d’équiper la région d’infrastructure de pointe.

  4. Vincent Flammier

    6 septembre 2018 à 20 h 41 min

    Bonjour,
    Pour information, ci joint, le lien pour la pétition.

    https://www.petitions24.net/assurer_la_survie_du_fc_boreal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[+] Plus dans Sports

X