|

Cette fois c’est la bonne!

Par Éric-Olivier Dallard

Manoir de la Pointe Bleue

Après qu’on ait multiplié les annonces officielles, le projet du nouveau CHSLD de Sainte-Adèle a enfin pris son envol. C’est à quelques mètres des pelles mécaniques que le ministre du Travail, David Whissel, a procédé à l’incontournable pelletée de terre, aux côtés du député de Bertrand, de bénévoles, et d’employés affiliés au réseau de la santé.

Il aura fallu soulever pas mal de poussière avant que le dossier du Manoir de la Pointe Bleue finisse par trouver son issue. Mardi après-midi, les sceptiques ont enfin pu être rassurés. «En dernier, je ne savais plus quoi leur dire, a confié l’ex directrice-générale du Centre de santé et des services sociaux (CSSS), Jacqueline Gagnon, sous l’œil amusé de l’ancien président du Conseil d’administration, Clément Fortin. Tous deux se sont longtemps abreuvés d’espoir. Ils ont mis de longues heures pour faire avancer ce projet colossal de réunir, dans un même édifice, un CHSLD de 112 lits, en plus des locaux et services du CLSC et du siège social du CSSS des Pays-d’en-Haut.
«Pour les employés du Manoir de la Pointe Bleue, c’est la lumière au bout du tunnel, a commenté la nouvelle directrice générale, Sylvie Laganière. Maintenant, nous allons leur demander d’être patients, puisque le déménagement ne se fera qu’au printemps 2010.»

Géothermie et récupération

La préoccupation du CSSS des Pays-d’en-Haut vis-à-vis de l’environnement se reflétera dans plusieurs aspects du nouveau bâtiment. «Plutôt que d’adapter le terrain à la construction, nous avons fait l’inverse», explique l’architecte au projet, Jean Damecour. La topographie escarpée du terrain a donc été valorisée pour préserver le naturel du site. L’édifice comprendra plusieurs plateaux et une cour intérieure permettra aux malades de profiter du plein air en toute sécurité. Un investissement de 1 M$ a été consenti en géothermie pour le chauffage et chaque chambre pourra profiter d’une période d’ensoleillement maximale grâce à son positionnement nord-sud. Les récupérations de carton et d’eau de pluie seront également mises de l’avant.

David Whissel a confessé que le dossier a fait couler beaucoup d’encre et d’engagements électoraux (sic) et que les installations du Manoir de la Pointe Bleue dataient d’une autre époque. «Il faudra maintenant se souvenir de toutes les personnes qui y ont travaillé et qui y ont cru», a lancé le ministre.

Le projet, évalué à 13,5 M$ en 2003, coûtera finalement près de 21M$. Sa construction est assurée par le Consortium M.R. Canada ltée, de Saint-Janvier. Le bâtiment comprendra 21 lits de plus que le centre d’hébergement actuel. Reste à savoir si les budgets d’opération suivront, ceci afin d’éviter qu’une aile de l’édifice soit fermée, comme c’est le cas dans plusieurs centres et hôpitaux de la région. La Société d’histoire de Sainte-Marguerite-du-lac-Mas-son demeure optimiste quant à l’avenir du Manoir, vendu à des intérêts privés il y a quelques mois.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.