Christian Fournier : le maître d’œuvre de NOTRE télévision communautaire!

Christian Fournier : le maître d’œuvre de NOTRE télévision communautaire!
Martine Laval
Actualité

Directeur de la programmation de TVCOGECO Laurentides depuis cinq ans après être passé par la Côte-Nord et Saint-Hyacinthe dans le même rôle, Christian Fournier offre à ses concitoyens un lieu de diffusion tout neuf. Ayant désormais pignon sur rue, le maître d’œuvre de la station invite la population à prendre part à la programmation, afin qu’elle soit à son image et reflète son lieu et style de vie. Entretien avec celui par qui les Laurentides brillent et se développent sur le câble.

Christian Fournier, TVCOGECO Laurentides, c’est votre réseau télévisuel câblé et celui de toute une population. Quel message aimeriez-vous passer à vos concitoyens concernant ce que vous nommez « leur » télévision?

TVCOGECO est une télévision communautaire dont les gens ont parfois une fausse image, croyant que c’est une télé « quétaine » de Bingo et de parties de quilles! Je peux vous rassurer en vous disant qu’elle est rendue beaucoup plus loin que ça! Il faut changer cette réputation de télé à connotation péjorative et regarder ça d’un autre œil. C’est le même principe que l’achat local. On dessert notre région en parlant de ses services, de ses organismes, de ses nouvelles spécifiques, des gens qui l’habitent et s’y réalisent, de sa culture, de ses événements, etc. C’est vraiment la vie de chez nous, celle de nos belles Laurentides. De la même manière que les journaux régionaux nous renseignent sur ce qui se passe sur notre territoire, TVCOGECO diffuse également des émissions qui nous touchent de près, avec des gens que l’on connaît, parce que c’est NOTRE télévision.

TVCOGECO couvre les Laurentides des Basses aux Hautes, n’est-ce pas?

Le câble de TVCOGECO Laurentides part de Sainte-Anne-des-Lacs jusqu’à Mont-Tremblant en passant par Saint-Donat et Saint-Adolphe-d’Howard, et même si ce n’est pas tout le monde qui y est abonné, nos invités peuvent provenir entre la rivière des Mille-Îles à Mont-Laurier. Pour ça, on dessert toutes les Laurentides. 

En plus, on est chanceux, parce que d’où part notre câble, on n’a pas de concurrence avec des stations comme TVA, Radio-Canada ou même V. C’est vraiment de notre monde, de nos gens, de notre milieu de vie dont il s’agit. C’est pour ça qu’on insiste pour que les gens se servent de leur télévision, et qu’on est ouverts à développer des projets intéressants pour la communauté et le monde d’ici. Et pour moi, il n’y a pas de petits sujets.

Ce qu’il faut aussi savoir, c’est que nous avons l’obligation par le CRTC (Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes) de produire 50 % d’émissions d’accès au sein de notre programmation, c’est-à-dire des émissions présentées par des gens de la communauté et dans lesquelles on retrouve des gens d’ici dans la production.

Avec l’émission Rendez-vous par exemple, on est les seuls à parler des organismes sans but lucratif qui n’ont jamais de visibilité, à couvrir des événements qui ont lieu ici, à présenter des personnes qui accomplissent des choses exceptionnelles et que les téléspectateurs sont heureux de découvrir. On est une belle vitrine pour faire connaître tout ça. Mon objectif est donc d’informer les gens sur ce qu’il se passe dans les Laurentides et de les éduquer sur tout, afin qu’ils en sachent le plus possible et puissent prendre des décisions éclairées.

Avez-vous des statistiques concernant l’intérêt des gens pour leur télévision communautaire?

Oui, on fait un sondage chaque année et on sait qu’entre 50 et 75 % de nos abonnés qui voient le contenu de notre programmation nous écoutent. On sait que quand les gens veulent savoir ce qui se passe dans la région, ils regardent TVCOGECO et, qu’en général, lorsqu’ils zappent et qu’ils tombent sur nous, ils restent en se disant que ça parle de chez eux, avec des gens qu’ils connaissent ou du moins qui sont d’ici. Ils reconnaissent leur réalité de vie et ils ont raison, car nous sommes les seuls de toute façon à couvrir les événements et les nouvelles en images – à moins qu’il arrive vraiment quelque chose de gros et que les grands réseaux viennent couvrir jusqu’ici -. À part ça, on est connectés sur les Laurentides et on est un peu partout pour couvrir au maximum. On nous rapporte même des petites anecdotes que lorsque des gens de la communauté passent à l’une ou l’autre des émissions, on les reconnaît dans la rue et on leur jase. Ça rapproche les gens.

Un mot de la fin, Monsieur le directeur?

Je suis très heureux d’avoir pignon sur rue maintenant, car les gens vont réaliser qu’ils ont une télé sur leur territoire. Avant ça, on ne voyait pas où ça se faisait et à quoi ça ressemblait. D’ailleurs, on va bientôt organiser des journées portes ouvertes pour la population et des 5 à 7 avec les chambres de commerce, car je veux que les gens réalisent que c’est une vraie télé, que ça fonctionne, et que c’est bon!

Christian Fournier voit aussi grand pour sa télévision que TVCOGECO pour le développement de son réseau câblé dans les Laurentides. Pas étonnant qu’on ait envie d’inviter les gens à participer à son expansion en amenant des idées créatives pour ainsi créer un réseau unique qui leur ressemble. Donc, à défaut de me répéter : TVCOGECO, c’est VOTRE télévision, et Christian Fournier, votre maître d’œuvre. Profitez-en!

Cliquez pour ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[+] Plus dans Actualité

X