|

Déchets: Il faudra patienter encore un an et demi avant une solution définitive

Par nathalie-deraspe

Plusieurs municipalités du Québec affichent de sérieux retards quant à la mise en application de la Politique de gestion des matières résiduelles, qui prévoyait la revalorisation d’au moins 65% de nos déchets entre 1998 et 2008. Les MRC de la région n’y font pas exception.

L’enthousiasme entourant le tricompostage s’est évanoui. La compagnie qui en vantait les mérites a fait faillite. Il faut dire que les coûts rattachés à cette technologie en avaient refroidi plusieurs. Il était question d’investissements de 24 à 30M$. Les pourparlers se poursuivent entre les MRC des Pays-d’en-Haut et des Laurentides. Celles-ci évaluent es solutions retenues entre autres par les MRC de Rivière-du-Loup, qui préconise la méthanisation des déchets et la Haute-Wamaska, qui fait confiance au tricompostage à coût réduit. Dans les deux cas, on parle d’investissements qui tournent autour de 8M$, soit trois fois moins que le projet évalué il y a près de deux ans. «Tout est encore à faire», laisse tomber le maire de Piedmont, Clément Cardin. Celui-ci insiste pour indiquer qu’il s’agit d’investissements faramineux. Comme pour démontrer le sérieux des gens de la région, le maire ajoute que la MRC des Pays-d’en-Haut vient d’adopter une Charte sur la réduction des déchets. Plusieurs municipalités y auraient déjà adhéré.

Par ailleurs, l’éco-centre desservant les municipalités de la vallée de Saint-sauveur connaîtrait beaucoup de succès. La municipalité de Sainte-Anne-des-Lacs se joindra bientôt au groupe. À Piedmont, des boîtes de récupération ont même été ajoutées à proximité des casiers postaux afin de récupérer les piles usagées.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.