pub de recyclage
|

Des professionnelles en soins du CISSS des Laurentides en renfort à la Résidence Wilfrid-Grignon

Par Production Accès

Des membres du FIQ-SPSL, soit des professionnelles en soins du CISSS des Laurentides, ont été déplacées pour prêter mains fortes à la Résidence privée Wilfrid-Grignon à Ste-Adèle depuis le début de cette semaine. Elles y ont trouvé une résidence qui est totalement à la dérive : absence de direction et de gestionnaires, manque de personnel stable, manque d’informations sur les patients, manque flagrant d’entretien ménager et déficience d’équipement de protection individuelle, alors qu’il y a des cas COVID confirmés.

« Je suis immensément préoccupé par ce que j’entends. Je m’inquiète pour les patients et pour tout le personnel qui doit y aller ! C’est hyper dangereux. On a des membres en pleurs, laissées à elles-mêmes… » indique M. Denis Provencher, Président intérimaire du FIQ-SPSL.

Des professionnelles en soins des Laurentides sont venues travailler dans la Résidence privée Wilfrid-Grignon. Il s’agit d’un des établissements privés du territoire des Laurentides.

« J’ai été « garrochée » sur une unité, sans aucune note pour savoir ce que les patients mangent, ni leur diète… aucune idée s’ils sont diabétiques! Et pour la médication, c’était difficile aussi d’identifier les patients » relate une infirmière auxiliaire qui s’est rendue à la résidence pour personnes âgées.

Par ailleurs, il y a un manque flagrant de consignes entourant la sécurité des résidents et du personnel, sans compter le manque d’équipement. En effet, les consignes entourant le port des équipements et de l’instauration des zones rouges pour patients atteints de la COVID semblent manquantes.

« 1 thermomètre et 1 stéthoscope pour l’ensemble des résidents d’une zone chaude, ça n’a pas d’allure. C’est surréel ce que cela entraine en terme de risque de contagion et de mesures de précaution à prendre en temps de pandémie » souligne Denis Provencher, le président intérimaire du FIQ-SPSL.

« Les patients n’ont pas eu de bain, ni de douche depuis des semaines. Les planchers sont sales, les poubelles débordent », rapporte une autre infirmière auxiliaire complètement découragée.

Le FIQ-SPSL est extrêmement préoccupé et suivra de près la situation.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

11 Comments

  1. Diane DufourFlynn

    Il était où le CISSSLaurentides? Il y avait pourtant des chambres occupées par des bénéficiaires et le CISSS payait pour ceux-ci. Avant de réserver des espaces d’hébergement, fait-on une petite recherche sur la direction de ces CHSLD privés, fait-on une visite incognito des lieux , verifie-t-on les services et la qualité de ceux-ci?
    Autant de e manquements en quelques semaines, c’est épouvantable et c’est fréquent aussi!

    Bizarre, bien bizarre . Pas surprenant que ces propriétaires sortent à l’aise financièrement à très court terme.

    Il faut garder notre santé et mourrir avant d’aboutir dans ces mouroirs!

    Reply
    • ALAIN DAVIAULT

      C’est le Groupe Santé Arbec qui en est le gestionnaire de cette résidence intermédiaire ! Il faudrait peut-être questionner, M. Paul Arbec et les membres de son équipe de direction.

      Reply
  2. ALAIN DAVIAULT

    Groupe Santé Arbec , n’est -il pas le gestionnaire de cette résidence?

    Reply
    • Mado

      Oui je m occuppe d une dame qui vit la il ont voulu m engagée mais restriction je ne pouvais pas aller voir ma petite madame après ou avant mon chiffre c était la condition pour me faire engager alors j ai dit non à l emploie

      Reply
  3. chantal coulombe

    bonjour jai eu une personne qui a ete la bas en soins il on retrouver cette personne en feu jai meme appeller l atacher de presse de madame blais elle m a donner comme reponse ecouter on peut pas prendre tout les personne wow il es deceder de cest brulure j etais souvent la c etais salubre les usager laisser a eux meme le monde etais seul au salon avec aucune surveillance je pourrais en compter .aujourdhui il es partie a cause de ses brulure a l hopital il a contacter une batterie qui l a tuer je suis sous le choc encore

    Reply
  4. Lucie Goyer

    Je suis en parfait accord avec vous M Provencher. Mon père de 95 ans est un des résidents atteints de la covid, mais asymptotique. Après quelques jours confiné à sa chambre on l’a transféré à la salle à manger avec une patiente atteinte. Sans téléphone, sans ces effets personnels, avec aussi avis contraire du médecin traitant. Le personnel est à bout de souffle. Elles demeurent très patientes avec nous. Aidez les svp. Le personnel stable travaillent trop d’heures. Au secours.

    Reply
  5. Josianne st jacques

    Madame St-Jacques,

    Nous avons bien reçu votre message daté du 21 avril 2020 en lien avec la pandémie de la maladie à coronavirus (COVID-19).

    Puisque les personnes âgées constituent un groupe particulièrement à risque face à la maladie, il importe de limiter les déplacements au sein des résidences pour personnes âgées, pour ne permettre que ceux absolument nécessaires ou exceptionnels, comme par exemple les rendez-vous médicaux importants. Dans ce contexte, nous comprenons votre préoccupation par rapport aux repas partagés dans la cafétéria de la résidence. Si ce n’est pas déjà fait à l’heure actuelle, votre résidence vous informera des consignes à respecter quant à cette activité.

    Sachez que nous prenons la situation très au sérieux. Les mesures nécessaires pour faire face à ce défi de portée internationale sont prises. Nous n’avons d’ailleurs pas attendu pour réagir de manière préventive.

    Nous continuons, avec nos partenaires, à travailler en ce sens en réévaluant nos mesures selon l’évolution de la situation.

    Veuillez agréer, Madame, l’expression de nos sentiments les meilleurs.

    L’équipe du Ministère

    Ministère de la Santé et des Services sociaux

    Voila ce que lon m’a répondu après que je leur aie écris pour dénoncer la situation !! Mon grand père est décédé de la covid 19 lundi dernier et rien n’avait été mis en place pour leur sécurité, pas même la semaine passée comme la résidence l’indique !

    Reply
    • Jean François Bernard

      On devrait les poursuivre pour négligence tabar….

      Reply
    • Daniel lefrancois

      Entièrement d’accord avec josiane st Jacques, moi j’ai perdus ma mere le 21 avril de la covid 19 dans ce centre , et depuis le début, je leur répétais leur imprudence, et j’en ai perdus ma mere ghislaine murray , jessais juste de reprendre un peu de force face à ce deuil épouvantable , et je vais foncer , quand vous avez besoin je suis la Josianne ( j’étais à chaque soir avec ma mère du 7 février 2020 jusqu’au confinement , j’ai vu ma mère m’appeler en pleurant durant le confinement et fallait avec acharnement pour rejoindre qq ,:(( la j’ai perdus ma mere a jamais sans l’accompagner)

      Reply
  6. Inconnu

    J’ai moi même travailler la ….comme pab …j’ai quitté avec une dépression ….très mal organiser ….nos pauvre résident

    Reply
  7. Nicole Dumont

    MA MERE RESTAIT LA BAS ELLE EST DECEDE LE 12 JANVIER TOUTE LA FAMILLE ON SE DIT UNE CHANCE QUE MAMAN EST PARTIE AVANT

    Reply

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.