(Photo : Courtoisie)
| Par Ève Ménard

Dominique Forget, nouvelle mairesse de Val-David

Le Général Café étant fermé pour des vacances, c’est finalement au Petit Poucet que je rencontre la toute nouvelle mairesse de Val-David, Dominique Forget.

Ce matin-là, j’ai fait l’erreur de déjeuner. Je me contente donc d’une coupe de fruit. Dominique commande une gaufre, un choix qu’approuve totalement notre serveuse. Les commandes étant passées et le café servi, on discute pendant plus d’une heure de tout et de rien, parfois de politique et d’enjeux municipaux, d’autre fois de voyages et d’éducation. J’apprends à connaître une femme de coeur qui n’a jamais eu peur d’oser et d’innover.

Élue il n’y a même pas encore un mois, Dominique Forget continue à s’adapter à son nouveau rôle. Heureusement, elle est une habituée de la politique municipale, elle qui a été conseillère à Val-David de 2007 à 2013, puis de 2017 à 2021 sous l’administration de Kathy Poulin. Comme tout le monde, elle a remarqué le 7 novembre dernier cette impressionnante vague qui a propulsé beaucoup de jeunes et de femmes sur la scène municipale. « Moi je ne suis pas jeune, mais je suis une femme! J’ai au moins ce boutte-là! », lance-t-elle à la blague. Au terme de son premier mandat, cela fera 16 ans qu’une mairesse est à la tête du conseil municipal à Val-David. C’est ce que me fait remarquer Dominique Forget. Ça la rend bien fière. « Dans mon prochain mot de la mairesse, je vais le souligner! », ajoute-t-elle en riant.

Aventureuse et avant-gardiste

Très tôt, Dominique développe un goût prononcé pour l’aventure. À 19 ans, elle fait le programme Katimavick, une initiative fédérale qui rassemble 12 participants âgés de 17 à 21 ans et provenant d’un peu partout au Canada. Pendant 9 mois, le groupe fait du bénévolat à travers trois provinces du pays. Elle agit par la suite en tant qu’agente de groupe, un rôle rémunéré.

Peu de temps après, elle part étudier pendant quatre mois à Berkeley en Californie, dans un programme intitulé « Ecological Integral Urban Living ». Déjà sensible aux enjeux environnementaux, Dominique est en avance sur son temps. Ensuite, elle s’embarque dans l’entreprise Passe-Montagne, une école d’escalade située à Val-David fondée par son conjoint en 1981. Au départ, elle ne connaît rien à la gestion d’entreprise. « Je ne savais même pas c’était
quoi un bilan financier ou l’état des résultats. »
Elle s’instruit via des consultations et suit des formations.

Après que les actifs de l’entreprise aient été vendus en 2008, Dominique effectue un retour aux études où elle fait un diplôme d’études supérieures spécialisées en éco-conseil à l’Université du Québec à Chicoutimi. Par la suite, elle atterrit dans l’organisme Inter Action Travail, un lieu d’apprentissage et de travail pour des personnes avec des obstacles à l’emploi.

Entrée en politique municipale

Entre-temps, la politique fait son arrivée dans sa vie. Choquée par des règlements d’urbanisme qui vont à l’encontre du développement durable, Dominique Forget choisit de se présenter comme conseillère. Depuis, l’urbanisme est un enjeu qui la passionne.

« Je pense que l’urbanisme peut être un facilitateur de lien social. Je te donne un exemple bien simple: admettons que tu n’as pas le droit d’avoir de cours avant et que tout est en arrière. Cela fait en sorte que tu ne vois pas les gens passer sur la rue, c’est plus difficile de créer des liens. Maintenant, si en avant tu as un jardin, des fleurs, une table, tu vas mieux connaître tes voisins. Ça crée un sentiment de communauté. »

Dominique s’habitue encore à se présenter comme étant la mairesse de Val-David. Après deux mandats différents à titre de conseillère, elle semble bien prête à relever le défi. Au cours de son précédent mandat, Kathy Poulin avait été particulièrement transparente au sujet des critiques virulentes sur les réseaux sociaux. De son côté, Dominique Forget envisage de ne pas avoir de page Facebook de mairesse, ou bien d’en avoir une  entièrement gérée par les communications.

Elle est d’ailleurs très consciente de l’implication de ses citoyens et de ses citoyennes. « À Val-David, les gens s’impliquent. C’est leur village. Mais moi je préfère ça à un endroit où les gens ne sont pas investis. Que les gens ne soient pas tous contents, moi j’ai été chef d’entreprise pendant 30 ans et directrice d’un OBNL. J’en ai eu des employés. Quand tu arrives avec du changement, il y en a qui ne sont pas contents, c’est normal. Je peux vivre avec ça, je ne pense pas que ça va vraiment m’affecter. Mais c’est à voir! »

Démocratie et respect

La priorité pour la fin de l’année étant le budget, ce n’est qu’en 2022 que la nouvelle mairesse et son équipe pourront établir les prochaines priorités en tant que conseil de ville. Dominique Forget nomme quand même quelques projets qui sont à compléter: l’école, la bibliothèque, l’usine de traitement des eaux usées ou encore le rallongement du réseau d’égout.

Elle envisage que ça se passera très bien au sein de son équipe, au cœur de laquelle la démocratie semble très saine. « Ce que j’aime de notre équipe, c’est qu’on fait le tour de tout le monde et on écoute vraiment ce que l’autre a à dire. Même si ça peut aller à l’encontre de ce qu’on pense. Hier, par exemple, nous avions deux idées complètement opposées. Nous avons fait le tour en construisant sur ce que l’autre disait. Ça n’a pas été long. En une quinzaine de minutes, nous en sommes arrivés à un consensus sur un sujet assez délicat. »

Partager l'article

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.