|

En blanc et en bleu…

Par Éric-Olivier Dallard

Ce sont probablement là mes couleurs préférées, dans la vie en général. Le bleu du ciel, celui de la mer… Le bleu est souvent considéré comme une couleur froide. Pour moi, c’est plutôt une couleur calme, sobre; un classique. Et combiné au blanc, c’est infaillible; on ne peut pas se tromper.

En création de jardins, je me dois de concevoir selon les goûts de mes clients. J’ai parfois des défis très intéressants à relever; un de ceux-là aura été à prime abord un véritable casse-tête… Une grande plate-bande, en pente, sur le haut d’une falaise que je devais réaliser en bleu… Seulement des fleurs bleues. OUF! Fleurir toute la saison et seulement en bleu… et encore faut-il marier les bleus! Pendant un instant…j’ai cru que j’aillais les avoir «les bleus», mais après quelques inspirations profondes je me suis rapidement aperçue que le choix était très intéressant, tout comme le défi d’ailleurs! Et j’aime les défis…

Pour faire ressortir les fleurs, j’ai utilisé les feuillages, les verts et les bleus évidemment: des massifs de genévriers et de hostas, dans les 2 teintes, et aussi des graminées, dont l’inflorescence n’a pas vraiment de couleur… Je n’ai donc pas vraiment triché… Mais mon plus grand allié pour adoucir le tout, aura été le feuillage gris. J’ai donc utilisé quelques artémises (boule grises toutes douces) mais aussi plusieurs vivaces à feuillage gris et à fleurs bleues, tout simplement superbes. Du printemps vers l’automne, parce que c’est également une préoccupation… le jardin se doit d’être en fleurs tout au long de la saison…, on commence par la Brunnera, avec ses grosses feuilles vertes et grises, presque en cœur, et sa délicate floraison… bleue… qui rappelle étrangement celle du myosotis. Si vous ne connaissez pas encore cette vivace, il vous manque quelque chose…. De l’ombre totale au plein soleil, elle est absolument superbe, même la floraison terminée. Elle est de celles en fait qu’on aime pour leur feuillage… Et même à l’ombre… Un coup de cœur! Ensuite il y a la lavande qui était toute indiquée. Feuillage grisâtre, floraison tout simplement magnifique, odeur en bonus. Je l’ai placé près du sentier, pour qu’on puisse y glisser la main au passage, là où la chaleur des rochers lui rappellera sa Provence natale… Rappelez-vous que la lavande aime le soleil, la chaleur et avoir les pieds au sec… Ensuite le nepeta (menthe de chat), plutôt méconnu, qui est depuis longtemps une de mes plantes préférées. Son feuillage gris est aromatique, et elle est très florifère, de juin à septembre….Peu exigeante au niveau du sol, elle préfère le soleil mais tolère la mi-ombre; ses tiges florales arquées se couvrent littéralement de fleurs bleu-lavande. Effet champêtre assuré! (avec du chrysanthème blanc… imbattable!) Et une petite dernière dans les feuillages gris, et là vraiment c’est une vivace que j’adore tout simplement: la sauge russe, ou perovskia. Son feuillage très découpé, gris argenté, est lui aussi est aromatique; 90 à 120 cm de hauteur, sa fleur rappelle curieusement celle de la lavande. Splendide!!! Petit truc, à l’automne, ne la taillez pas trop sévèrement… gardez-vous ça pour le printemps. Elle repartira plus rapidement et plus vigoureusement.

Toujours dans les bleus, et compte tenu des conditions, soit la pente, le soleil plombant par endroit aussi, etc. le geranium vivace était aussi un incontournable. J’ai utilisé le geranium Brookside. 45 cm de hauteur, des fleurs, des fleurs, et encore des fleurs d’un bleu saphire, de juin à septembre voir même octobre. Très facile à cultiver, on ne devrait pas avoir peur de le tailler après sa première floraison au début de l’été pour ainsi favoriser une plus abondante floraison de fin de saison. Mais la famille que j’aurai le plus utilisée dans ce projet, ce sont les campanules. Des toutes petites aux très grandes, les campanules sont caractérisées par leurs fleurs en clochettes. Les floraisons sont toujours spectaculaires. Principalement en bleu et en blanc, il y a quelques roses qui se glissent timidement parmi les autres… Mais comme je cherchais des bleus, j’ai été choyée. Mes préférées, et on pourrait en parler longtemps, dans les plus petites, la carpatica. 30 cm, soleil ou mi-ombre, elle vous donnera un coussin de fleurs de juin à septembre. Éliminer les fleurs fanées en prolongera la floraison. En sol bien drainé, et en premier plan, dans mon cas sur le bord de la falaise, c’est fantastique!

La campanule persicifolia grandiflora, est tout simplement WOW! Ses tiges délicates se dressent vers le ciel et se couvre de clochettes, c’est tellement joli. La fleur de campagne par excellence! 70cm, toujours soleil ou mi-ombre, elle fleurira de juin à août. Et en combinant les blanches et les bleues, on obtient un effet spectaculaire. Il y a la glomerata aussi, dont les fleurs se regroupent comme un bouquet, qui est très résistante à la sécheresse entre autres. En fleurs également de juin à août, et toujours en blanc et en bleu. Et il y en a d’autres… Mais en bref, les campanules, sont certainement parmi les vivaces les plus faciles à cultiver, et aussi les plus florifères! Sans oublier, parmi les plus jolies….

Au fait, avant de vous laisser, j’ai eu le droit cette année d’ajouter du blanc à la falaise… j’y suis allée subtilement, ici et là, mais sincèrement, le blanc est venu consolider le tout. L’effet est à couper le souffle. En blanc et en bleu, à essayer! Ce que j’ai d’ailleurs fait sur ma terrasse cette année!

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.