(Photo : Courtoisie)
Myriam Briand, DPJ des Laurentides.
|

Écoutons nos enfants, nos adolescents

Par France Poirier

Dans le cadre du 19e bilan annuel, les DPJ du Québec voulaient donner la parole aux enfants et aux adolescents, les écouter et les mettre à l’avant-plan en tant que premiers artisans de leur développement.

« Cette année, une hausse considérable du nombre de signalements traités est observée au Québec. Chaque jour, de plus en plus d’enfants et d’adolescents sont en détresse et font face à une réelle souffrance. Les DPJ désirent être la voix de ces jeunes et faire valoir qu’il y a encore beaucoup à faire. Pendant la pandémie, les enfants
et les jeunes ont montré qu’ils sont forts et résilients. Écoutons-les! »
, peut-on lire en prémisse du bilan des DPJ.

DPJ des Laurentides

En date du 14 juin, jour du dépôt du rapport, la directrice de la protection de la jeunesse des Laurentides, Myriam Briand, soulignait que 550 enfants étaient sur la liste d’attente dans les Laurentides. « Nous avons toujours un défi au niveau du personnel, tant pour le recrutement que la rétention. On travaille fort pour attirer des jeunes en protection de la jeunesse. Pour moi, protéger les enfants est le plus beau métier du monde et je ne me verrais pas faire autre chose. Je souhaite que des
jeunes choisissent cette carrière »
, a souligné Madame Briand.

Le nombre de signalements dans les Laurentides est en hausse, mais le nombre de ceux qui sont retenus par la DPJ est en baisse. Cette situation peut s’expliquer parce que les gens sont plus vigilants à porter plainte. Mais pourquoi moins de cas sont-ils retenus ? « En fait, nous travaillons en première ligne avec les autres directions pour offrir des services en amont. On a changé la porte d’entrée. Des investissements ont été faits pour renforcer la première ligne. Quelquefois, on offre des services aux parents ou aux enfants qui permettent de régler la situation sans que la DPJ ne soit la porte d’entrée aux services », nous explique Myriam Briand. C’est ce qui fait la différence actuellement selon elle.

Statistiques provinciales 2021-2022

  • Nombre de signalements traités : 132 632, comparativement à 117 904 l’an dernier, ce qui représente une hausse de 12,5 %;
  • Nombre de signalements retenus : 43 688, en baisse de 2,3 % comparativement à l’an dernier;
  • Le taux de rétention des signalements se chiffre à 33 %. L’an dernier, il était de 37,9 %;
  • Les signalements proviennent d’abord des employés d’organismes publics (34 %);
  • Le principal milieu de vie des enfants pris en charge par le DPJ demeure leur milieu familial  (53,7 %). On constate encore cette année qu’une plus grande proportion d’enfants demeure auprès d’une personne significative (14,7 %).

Statistiques régionales 2021-2022 (Laurentides)

  • Nombre de signalements traités : 13 078, en hausse par rapport à l’an dernier (11 440);
  • Nombre de signalements retenus : 4 671, en hausse par rapport à l’an dernier ;
  • Le taux de rétention des signalements est de 36,7 %. L’an dernier, il était de 37,9 %;
  • Les signalements proviennent d’abord des employés d’organismes publics (34,5 %), suivi du milieu scolaire (24,3 %);
  • Le principal milieu de vie des enfants pris en charge par la DPJ est toujours le milieu familial (60,1 %).

Pour consulter le bilan 2021-2022 ainsi que les vidéos : bit.ly/2Xq1PhE

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.