|

Grande ouverture le 19 décembre 2008

Par andre-berard

Ouvroir des Pays-d’en-Haut

Lundi dernier avait lieu l’inauguration de l’Ouvroir des Pays-d’en-Haut au 1360 rue Dumouchel à Sainte-Adèle. Devant les besoins criants de plusieurs familles adéloises, les administrateurs ont choisi d’ouvrir leurs portes avant Noël afin d’offrir à ces familles l’occasion de se procurer des biens avant Noël.

C’est dans une ambiance conviviale que les administrateurs et les bénévoles ont, à l’occasion de cette inauguration, exprimé leur enthousiasme concernant ce nouveau projet d’ouvroir, qui selon eux, «répond à un besoin criant de la population adéloise». La fermeture de l’ouvroir des sœurs Larose en mai dernier avait créé un vide qui devait être comblé. L’équipe de bénévoles et d’administrateurs du nouvel ouvroir souhaite combler ce vide et répondre à une demande croissante de la population pour ce genre de service: «Il y avait un réel besoin. Beaucoup de gens ont exprimé leur hâte de voir la création d’un nouvel ouvroir à Sainte-Adèle», souligne Catherine Landry-Larue, administratrice. Elle a également profité de l’occasion pour souligner le dévouement de Véronique Théoret: «qui a mis en branle tout son réseau pour faire en sorte que nous ayons un bel ouvroir».

Aménagé dans un ancien entrepôt situé derrière la quincaillerie Théoret, au 1360 rue Dumouchel, l’ouvroir des Pays-d’en-Haut offre des vêtements pour adulte et pour enfant, des jouets, des livres, de petits appareils électroménagers, etc. Les prix seront ceux que l’on retrouve habituellement dans ce genre d’initiative et comparable à ceux d’autres ouvroirs de la région des Laurentides: «Nous ne chargerons pas plus cher si un pantalon porte la marque Tommy Hilfiger», lance Véronique Théoret.

L’ouverture officielle aura lieu le vendredi 19 décembre de midi à 19h. Une grande vente d’ouverture suivra durant tout le week-end, soit les 20 et 21 décembre. Les administrateurs, qui n’ont pas encore établi l’horaire exact des heures d’ouverture pour le mois de janvier, invitent la population à consulter les journaux locaux dès janvier afin de s’informer ou à appeler à l’ouvroir au 450 229-7208

Denis Aubuchon, président de l’organisme, a tenu à souligner le travail effectué par la famille Larose, accompagnée de Lisette et Monique Guénette, dans le domaine des ouvroirs à Sainte-Adèle. Suite à cette fermeture, les administrateurs du nouveau projet disent avoir reçu beaucoup de demande de la part de la population privée d’un ouvroir: «Beaucoup ont trouvé dommage que l’ancien ouvroir soit fermé. Les besoins sont criants. Dans la situation économique actuelle, un ouvroir est essentiel pour beaucoup de familles adéloises». Denis Aubuchon compte réinvestir les profits réalisés par l’ouvroir dans la communauté. Il souhaite également créer des partenariats dans la communauté, notamment avec les écoles où «plusieurs enfants manquent de vêtements adéquats», déplore le président de l’organisme.

Les administrateurs, qui affirment n’avoir eu aucune difficulté à recruter des bénévoles, invitent cependant tous ceux et celles qui souhaitent offrir de l’aide à communiquer avec eux.

D’où vient le mot ouvroir? L’ouvroir se définit comme le lieu d’un couvent où les religieuses s’assemblent pour faire des travaux d’aiguille et aussi comme un lieu où les gens de métiers travaillent. Le nom viendrait du latin apertorium (lieu ouvert) à une époque où les boutiques et les ouvroirs devaient être ouverts sur la rue selon un règlement. Le nom ouvroir serait également un dérivé de l’ancien verbe ouvrer (travailler).

Ouvroir des Pays-d’en-Haut: 1360 rue Dumouchel, Sainte-Adèle, 450-229-7208.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.