La démocratie est en péril, dénoncent les Bloquistes des Laurentides

La démocratie est en péril, dénoncent les Bloquistes des Laurentides
Actualité

«Les gens veulent savoir combien il y a de soldats en Afghanistan, s’ils sont en sécurité avec les équipements qu’ils possèdent et si d’autres troupes seront envoyées là-bas. Il y a des familles de la région qui sont touchées. C’est inadmissible!» – Monique Guay, députée de Rivière-du-Nord

Accès a profité de l’ouverture de la nouvelle session sur la colline parlementaire pour faire le point sur l’atmosphère qui règne du côté de l’Outaouais et de dégager les enjeux auxquels font face les députés Bloquistes de la région.
«On fait du surplace, dénonce la députée de Laurentides-Labelle, Johanne Deschamps. On n’arrive pas à trouver un chef qui puisse représenter les deux cultures. Quant à Jack Layton, c’est le chef caméléon, le pendant de Mario Dumont de l’ADQ, qui signe des ententes en coulisses. Pour les jeunes contrevenants, le gouvernement Harper parle de plus en plus de répression au lieu de prévention. Pour la guerre en Afghanistan, il n’y a aucune transparence. Le comité de la Défense a demandé une rencontre en septembre et on n’a jamais eu de nouvelles. M. Harper a dit au comité de la Condition féminine qu’il mettrait des mesures de l’avant. Au lieu de cela, il a coupé 5 M$ dans son budget et dénaturé les programmes de promotion de la femme. Pour le programme Carrière-été, on avait un peu d’espoir. Mais le dossier piétine. L’annonce des coupures aurait dû apparaître quand le ministre des Finances a déclaré ses subsides. Mais c’est en décembre seulement qu’on a appris que les Conservateurs s’apprêtaient à sabrer 55,4 M$ dans ce budget. C’est la façon de faire du gouvernement.»

Déterminée à faire passer son projet de loi sur l’assurance emploi qui vise à bonifier le régime de prestations, Johanne Deschamps poursuit les revendications en ce sens. Son projet est désormais en deuxième lecture. «On demande entre autres de diminuer le nombre d’heures de travail nécessaires pour qualifier le travailleur à l’assurance emploi, on veut augmenter de cinq semaines la durée des prestations et en majorer le taux de 5 %. Des mesures qui touchent directement les travailleurs saisonniers de la région», estime la députée.

Mutisme à Ottawa
«Les gens veulent savoir combien il y a de soldats en Afghanistan, s’ils sont en sécurité avec les équipements qu’ils possèdent et si d’autres troupes seront envoyées là-bas, confie pour sa part la députée de Rivière-du-Nord, Monique Guay. On reçoit l’information au compte-gouttes, quand on apprend pas la nouvelle à travers les journaux. Pourtant, il y a des familles de la région qui sont touchées. C’est inadmissible!»

La députée a affirmé que plus de 15 000 lettres d’appui ont été expédiées au nouveau ministre du Développement, des ressources humaines et des compétences, Monte Folberg, en guise de protestation aux coupures prévues dans le programme Carrière-Été. «À ce jour, les Conservateurs refusent toujours d’appliquer les recommandations avec lesquelles leurs propres députés étaient en accord», dénonce à son tour le député d’Argenteuil-Papineau-Labelle. Mario Laframboise en a également long à dire sur le contrat de construction de CF-17 accordé à Boeing sans appel d’offres, une façon de faire qui pénalise directement des entreprises comme Bombardier, L-3 Communications et Messier-Dowty, qui se trouvent sur son territoire et qui aurait pu profiter de plusieurs centaines de millions de dollars de retombées économiques. «Le Québec est le grand perdant.»

Outre la question de l’Afghanistan, les députés de la région comptent bien défendre à nouveau les principes soutenus dans l’accord de Kyoto pour tenter de dégager la part du Québec, estimée à près de 330 M$ et tout mettre en œuvre pour régler le déséquilibre fiscal avant le dépôt du prochain budget prévu le 20 mars.

Cliquez pour ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[+] Plus dans Actualité

X