(Photo : La Metsä)
| Par Luc Robert

La Metsä : Rencontre avec les autorités municipales

Une rencontre virtuelle a eu lieu entre les dirigeants de la Ville de Sainte-Adèle et ceux de La Metsä, la semaine dernière dans un climat positif, sans toutefois que des développements significatifs surviennent au dossier.

Le développeur Louis Massicotte souligne que l’entrée prévue au projet « n’est pas dans une zone résidentielle, contrairement à ce qui a été véhiculé ».

« La mairesse Lalonde avait sans doute des inquiétudes à propos d’une entrée éventuelle par une autre rue [des Bouleaux] et c’est pour cela que j’ai fourni le vrai plan avec l’accès par l’usine de la Rolland, qui n’est pas un accès résidentiel », a-t-il spécifié.

Cette précision à propos d’une entrée de service projetée a été vue ainsi par la première citoyenne.

« Ils semblent être encore au stade des études préliminaires de réalisation. Entendre que des modules de maisons préfabriquées passeraient par une entrée de service de la rue des Bouleaux ne me rassure pas plus. Ça risque d’être très fréquenté. Il faudrait aussi agrandir le tunnel [sous le parc linéaire] pour que ça passe, et à ma connaissance, aucune demande n’a été effectuée à la MRC à ce sujet », a-t-elle spécifié.

Au moment d’aller sous presse, mardi dernier, le directeur du Service de l’environnement et de l’aménagement du territoire à la MRC des Pays-d’en-Haut, M. Joël Badertscher, a souligné que l’organisme agit seulement à titre d’intermédiaire.

« Au niveau du P’tit Train du Nord, notre rôle est de recommander ou non au MTQ d’octroyer un permis pour agrandir une traverse. Nous sommes seulement les gestionnaires du parc linéaire, dans notre secteur, et non propriétaire de l’ouvrage [pont-tunnel]. À ma connaissance, il n’y a pas eu encore de demande formelle présentée à la MRC. Ma collègue effectue des vérifications supplémentaires », a-t-il spécifié.

Nouveau tracé ?

À Québec, M. Louis Massicotte a laissé savoir en dernière heure que divers scénarios sont envisagés.

« Nos formulaires de demandes de permis sont remplis, mais non-envoyés encore aux autorités. Nous poursuivons en effet le processus d’analyse. Nous envisageons un tracé révisé sur le terrain de la Rolland, à la limite de celui des nouveaux propriétaires, à qui nous avons fait une proposition. »

M. Massicotte a rappelé vouloir unir toutes les parties derrière son projet.

« On envisage un parcours différent, parce que nous voulons collaborer positivement avec tout le monde et réduire tout inconvénient. Il est normal que nous procédions lentement avec les demandes, car nous voulons que tout soit fait selon les règles. Lors de notre réunion virtuelle, j’ai senti une belle écoute de la Ville de Sainte-Adèle. On veut créer un premier GéoLagon à la perfection, pour ensuite pouvoir copier le même modèle ailleurs. Pour La Metsä à Sainte-Adèle, nous avons atteint les 100 % de préventes. »

Une source reliée au dossier a souligné en sourdine à Accès « qu’établir un lagon chauffé, dans un milieu humide de surcroit, représente tout un défi. Le MTQ, quand il recevra les demandes, risque de commander une étude sur les effets éventuels des deux projets (La Metsä et GéoLagon) sur l’environnement, avant de statuer pour ou contre l’émission de permis. »

Partager l'article

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.